Flower Power

Cet été, comme en 2014, 2015 et 2016 ( !), toutes les boutiques nous proposent d'adopter l'imprimé fleuri. Les fleurs ne sont plus réservées qu'aux plates-bandes, jardinières et balconnières.
On les porte désormais de la tête aux pieds, même chez les hommes. Elles sont incontournables et donnent vie à tout : pantalons, blousons, bottillons. C'est l'élément vedette de la saison estivale. Pour être tendance, c'est simple : on se donne des allures de jardins anglais !
Ne reculant devant rien, et dans un élan de féminité, j'ai donc osé l'imprimé floral. Je suis, entre autres, l'heureuse propriétaire d'un beau chemisier en polyester rempli de fleurs bleues, roses et jaunes qui se déploient généreusement sur un fond de feuillage exotique offrant plusieurs nuances de vert. 
C'est toutefois en le regardant plus attentivement, et ce, plusieurs mois après mon achat, que j'ai découvert qu'une partie des fameuses fleurs égayant ma blouse adoptait une forme phallique.
Honnêtement, on dirait que plein de petits pénis, certains plus vigoureux que d'autres, ont été subtilement intégrés dans le motif du tissu. 
Moi qui étais fière d'avoir acheté un vêtement fait au Canada...
Histoire de devancer les coups de gens scandalisés de voir que je porte une blouse indécente, j'ai photographié un bout de mon chemisier - le plus éloquent - et j'ai lancé un défi à mes amis sur Facebook. 
- Euh, quelqu'un peut me dire quelle sorte de fleur pousse su'ma blouse ? #jenelaverraiplusjamaisdumêmeoeil, que j'ai écrit.
Comme mon entourage a l'imagination - très - fertile, les réponses n'ont pas tardé à éclore.
Fleur du mal ou Fleur du mâle. Fleur de la passion. Gloire du matin. Un péLys. Une anus elle, etc.
Tout le monde y est allé de son interprétation, ne se gênant pas pour exploiter tous les jeux de mots possibles avec vous-savez-quoi. 
Parler de sexe, ça fait toujours rire le monde. C'est comme ça.
Par exemple, après m'avoir annoncé qu'il achetait son tissu « à la verge », un ami n'a pas tardé à me demander de quelle graine venaient mes fleurs.
Dans le bouquet, mon amie Sarah a vraiment exploité le côté horticole de ma question. Elle m'a ainsi fait découvrir la plus grande fleur au monde : l'amorphophallus titanum.
Originaire de Sumatra, en Indonésie, cette plante géante surnommée Pénis du Titan peut atteindre jusqu'à 5 mètres de hauteur. Sa floraison est très rare et tout aussi courte. Ne se produisant qu'une fois au dix ans, elle ne dure que 72 heures. 
Il faut être dans le coin, mettons, et aux aguets. Certains parcourent d'ailleurs des kilomètres pour assister à cet épanouissement unique.
Il paraît toutefois que cette fleur extraordinaire, qui excite même ceux incapables de prendre soin d'un cactus, dégage une odeur répugnante de charogne. Comme quoi même dans le merveilleux monde végétal qu'on dirait entouré d'une forme de magie, rien n'est parfait...
Bref, comme les motifs floraux proposent parfois un joyeux fouillis de formes et de couleurs, pas surprenant que certains donnent lieu à diverses illusions d'optique. 
Imaginez maintenant quand les designers se mettent de la partie !
C'est le cas de Coey Kuhn, un artiste au style aussi éclaté que coloré, qui a créé un motif floral maintenant utilisé sur des coussins, vêtements, tasses, tabliers, taies d'oreillers, étuis pour iPhone, etc.
Un motif qui cache (pas tant que ça en fait), de gros pénis !
Allez voir les jolis coussins décoratifs sur le site de Look Human. Je serais curieuse de savoir combien de grands-mamans, charmées par ces designs séduisants, ont pimpé leur salon grâce à ces accessoires déco, sans jamais avoir vu ce qu'ils cachaient véritablement.
À la fête des Mères, une fois au brunch, ma mère et moi avons réalisé que nous étions habillées pareille. Même blouse, même jeans, tout ! 
- Constance a-t-elle la même blouse, a donc demandé une tante quand j'ai parlé de mon chemisier aux fleurs douteuses.
Je ne sais pas, mais soudainement, j'ai peur de me pointer au party de la fête des Pères...