Encore de l’étêtage sauvage d’arbres à Granby

Par ce beau matin d’automne où les gens accourent au parc Daniel-Johnson pour La Grande Marche du Grand Défi Pierre Lavoie, où le soleil et les sourires abondent, trois tristes arbres les accueillent en pleurant leurs branches perdues, étêtés dans toute leur beauté artistique.

Ces arbres, situés au coin de Swett et Drummond, illustrent de façon éloquente l’inaction du maire sortant et l’insouciance de leur propriétaire.

Du point de vue de l’image, c’est un peu comme si la Ville nous rappelait que son emblème, ce n’est pas la fontaine, mais des arbres étêtés, même si la faucardeuse met toute son énergie à rendre le lac et la fontaine photogéniques.

L’an passé, on étêtait un arbre splendide devant le parc Victoria au coin de Boivin, cette année, c’est devant le parc Daniel-Johnson-, deux images fortes pour la ville, car ce sont deux parcs emblèmes fréquentés par plusieurs citadins. Et je passe sous silence tous les arbres étêtés dispersés- un peu partout en ville.

Je suis gêné et embarrassé pour ma ville et comme Granbyen… Comment expliquer ce matin aux touristes marcheurs que dans ma ville, on tolère cette pratique d’étêtage ?

À quand une politique de l’arbre à Granby ?

Je vous invite à constater les dégâts.

Je m’efforcerai à calmer mon indignation les quatre à six fois par jour que je passerai devant ces arbres et constaterai leur lent dépérissement au gré des jours sans rien pouvoir y faire. Comme c’est triste…

Bonnes élections municipales.

Patrick Parent

Granby