Après quelques jours, on a dû piger dans nos petits œufs de Pâques. Et ça aussi, il n’en reste presque plus.

Cacao

CHRONIQUE / Je suis un peu triste pour notre chatte Vadorette qui est rendue second, et même troisième violon depuis que bébés Jojoba et Anastasia ont fait leur apparition. Déjà qu’elle n’était pas le félin le plus affectueux de la planète, ce titre revenant de droit à Hello Kitty, elle nous évite encore plus parce que nous nous en occupons moins.

Mais les filles deviennent de leur côté un peu plus autonomes chaque jour. (Le mot « autonome » doit être pris ici dans un sens très libéral. Pas libéral dans le sens de je-donne-plein-de-cadeaux-à-la-veille-des-élections, là. Dans le sens de large).

Jojoba a entamé l’apprentissage de la propreté avec brio (pas Brio la boisson gazeuse italienne, là…). Pour l’encourager, on a commencé par lui donner un Smarties après chaque besoin dûment fait sur la toilette, qu’elle dévore en souriant comme un Olympien qui reçoit sa médaille d’or.

Après quelques jours, on en a manqué et on a dû piger dans nos petits œufs de Pâques. Et ça aussi, il n’en reste presque plus. Donc, il faudra modifier notre stratégie d’encouragement pour ne pas y passer l’équivalent de la production annuelle de cacao de la Côte d’Ivoire ou provoquer une forme de diabète bénin chez la pouponne de deux ans.

Du côté d’Anastasia (NB : pas son vrai nom non plus), quatre mois, bon Dieu qu’elle est mignonne, et je le dis avec une subjectivité assumée. Elle sourit à foison en regardant constamment ses alentours de ses grands yeux noirs comme si elle découvrait chaque jour une nouvelle maison (c’est toujours la même, pourtant), ou comme si elle voyageait dans un manège à Disneyworld.

Ses réveils nocturnes sont aussi passés de quatre à deux et parfois un seul, ce qui nous met de bien meilleure humeur le matin venu.

Encore mieux, elles ont commencé à jouer ensemble ! Jouer est encore ici à prendre au sens large, d’autant plus que Jojoba répugne à partager ses jouets. Mais elle aime lire à sa petite sœur, nonobstant (™ Michel Laliberté inc.) le fait qu’elle ne sache pas encore lire et qu’Anastasia soit d’un naturel distrait.

Bref, des parents heureux, mais qui ont hâte de regarder autre chose que Dora l’exploratrice à la télé. J’ai voulu leur montrer toute la féérie du Seigneur des anneaux, version longue bien sûr, mais elles ont pleuré en voyant Gollum. Je les comprends. Il fait tellement pitié !

Chaos
Chapeau au gouvernement (une fois n’est pas coutume) pour ses dernières publicités sur la marijuana, où un gars invite une fille à aller fumer un joint d’un ton invitant pour ensuite discourir d’un ton neutre sur les effets et dangers de cette drogue, ce qui laisse son interlocutrice pantoise.

C’est informatif et amusant en même temps. Surtout, ça évite le piège de la moralisation, une tâche dont s’acquittent déjà bon nombre de chroniqueurs et de bien-pensants. J’aime aussi que la jeune fille hésite à la fin. La pub ne dit pas quoi faire, mais qu’il faut faire un choix éclairé.

Je me souviens de la première fois où j’ai vu quelqu’un sous l’effet de la marijuana. Il avait les yeux rouges, riait pour un rien et déblatérait des blagues qu’il trouvait hilarantes, mais qui ne l’étaient pas tant que ça… Ça m’avait terrorisé. Des années ont passé avant que je me rende compte que cette drogue n’était ni inoffensive, ni aussi dangereuse que certains le prétendent. À vous de vous faire votre propre opinion.

Cela dit, les tenants de la théorie du « ÇA SERA LE CHAOS ! L’APOCALYPSE ! CHIENS ET CHATS S’ACCOUPLANT ENSEMBLE ! L’HYSTÉRIE TOTALE ! * », me tombent sur les nerfs.

Le cannabis est déjà très disponible. Pourquoi ce n’est pas déjà l’apocalypse ?

(*selon l’Ancien Testament et Bill Murray (Venkman) dans SOS fantômes)