La grande trahison des Pee-wee C

Hélas, la grande trahison des Pee-wee C, n'est pas le titre d'un nouveau film sur le hockey. Il s'agit de la triste réalité, une situation pénible vécue par des jeunes de 11, 12 et 13 ans de Granby et leur famille. Des jeunes pour qui le hockey se devait d'être un loisir stimulant et enrichissant, une expérience de vie agréable. Pourtant, pour ces jeunes, la situation vécue à Granby cette année en est tout autre...
Tout débuta l'automne dernier, alors que l'Association Hockey Jeunesse de Granby entreprit les activités de sa saison. Comme toujours, les jeunes furent évalués au fil des premières séances. On classa alors les enfants selon leurs aptitudes, leurs forces et leurs faiblesses. On les classa en 3 catégories soit A, B et C. Vous aurez compris que le groupe A comprend les joueurs les plus forts alors que le groupe C se compose des moins habiles, comptant même parmi ses rangs des jeunes en étant à leur première expérience au hockey. Jusque-là, rien à signaler d'anormal, cette façon de faire est parfaite, assurant que chaque jeune pourra évoluer dans un environnement en accord avec ses aptitudes, lui garantissant plaisir et apprentissage. Une fois les joueurs classés, des équipes sont formées pour la saison dans chacune de ces 3 catégories. Celles-ci seront ensuite appelées à jouer contre les autres équipes de Granby de leur classe, mais aussi contre d'autres équipes de la région de cette même classe. Deux équipes Pee-wee C furent donc créées à Granby.
Or, tôt en début de saison, on apprit rapidement que les autres villes de la région, faute d'un nombre suffisant de joueurs, n'auraient pas d'équipes dans la classe Pee-wee C, l'ensemble des joueurs ayant été réparti entre les classes A et B. Et c'est à cet instant que l'Association Hockey Jeunesse de Granby manqua à son devoir... Deux choix sensés s'offrirent alors à cet organisme à qui nous confions nos jeunes: maintenir ses deux équipes de classe C et les faire s'affronter toute la saison, en oubliant donc les matchs contre d'autres équipes de la région, ou revoir l'évaluation des joueurs afin de les diviser uniquement en deux classes, A et B, comme les autres municipalités environnantes l'on faites. Évidemment, cela aurait nécessité que l'ensemble des équipes soit revues. Malheureusement, aucune de ces options logiques ne fut préconisée.
On décida plutôt de conserver nos deux équipes de Pee-Wee C et de les faire jouer en classe B!!! Certes, les deux équipes de classe C de Granby se sont affrontées 8  fois durant la saison, mais elles durent aussi jouer 13 fois contre des équipes de classe B. On a donc choisi d'en faire de la chair à canon! Imaginez le résultat: on prend un groupe de jeunes, on met tous les plus forts sur un côté, les plus faibles de l'autre, et on fait un match! On s'offre ainsi en pâture à l'adversaire qui prend un malin plaisir à vous démolir plus souvent qu'autrement. Avec au compteur des défaites de 15-0, des matchs à sens unique contre des adversaires tout simplement plus expérimentés que soi.
L'Association Hockey Jeunesse de Granby est responsable d'une mission importante. Elle doit voir à ce que nos enfants puissent jouer au hockey tout en apprenant et en s'épanouissant. Mais en inscrivant nos enfants au hockey, nous leur confions ce que nous avons de plus précieux. Ils ont la responsabilité d'en prendre soin, de s'assurer qu'on y pratique un sport dans des conditions optimales, voyant au maintien de leur intégrité physique, mais aussi psychologique.
Comment croyez-vous qu'un jeune se sent, à se faire humilier dans sa propre ville par des camarades d'école? Ou encore à aller représenter sa ville à l'extérieur pour se faire pulvériser? Qui accepterait de faire son travail dans de telles conditions? Et à 11,12 ou 13 ans, nos jeunes sont dans une période importante du développement de leur personnalité. Ils apprennent la confiance en soi, l'estime personnelle...
On nous dira que la saison des matchs contre des équipes de classe B est terminée. Peut-être, mais le mal est déjà fait. Des parents se sont plaints en début de saison de la situation. On répondit alors à l'Association Hockey Jeunesse de Granby qu'on n'y pouvait rien... et que de toute façon les jeunes deviendraient meilleurs en jouant contre du B. Alors, à quoi bon classer les jeunes selon leurs aptitudes selon cette logique? Et expliquez-nous comment un jeune peut s'améliorer quand son équipe ne maîtrise que trop peu le jeu face à des adversaires trop forts, lorsque la moindre erreur mène à un but de plus, lorsqu'un jeune, malgré de nombreux arrêts, voit match après match les filets s'accumuler, lorsque malgré ses efforts, il se voit humilié par son adversaire, assistant inlassablement aux célébrations quasi continuelles des joueurs adverses...
L'Association Hockey Jeunesse de Granby a cruellement failli à sa tâche par ses actions, mais aussi par ses inactions. On devait bien voir passer les résultats dans les bureaux, mais rien ne fut fait pour tenter d'apaiser cette hémorragie. Très bien, une mauvaise décision fut prise en début de saison, mais on n'était pas obligé de laisser tomber ces jeunes pour autant. On aurait pu revoir le calendrier et éliminer les joutes contre du B. On aurait au moins pu supprimer les matchs contre des équipes de classe B de Granby, en reprogrammant des matchs C contre C, et B contre B. On aurait aussi pu proposer d'envoyer un ou deux bons joueurs de classe B dans les équipes de classe C pour certains matchs. Mais rien de tout ça n'arriva...
Il en résulte aujourd'hui un échec, un lien de confiance brisé et trahi. Et peut-être des dommages sur certains jeunes, débutants ou moins talentueux, pour qui le hockey se devait être une aventure agréable et enrichissante. Combien de ces jeunes voudront encore jouer l'an prochain...
Mince consolation à l'Association Hockey Jeunesse de Granby. Contrairement à leurs adversaires des autres villes, j'imagine que les Pee-wee de classe A et B doivent bien se débrouiller, étant dépouillés des éléments les moins talentueux...
Signé par un regroupement de parents:
Samuel Roy, Lucie Piédalue, Cynthia Côté, Luc Laboissonnière, Marie-Claude Chevrier, Solange Couture, Lori Lacombe, Caroline Waite
Granby