Le premier ministre Justin Trudeau.

Voir la lumière absolue de la «gauche»

Wow!Ce matin du mercredi 22 mars, je me suis levé d'une humeur formidable. Premièrement, il y faisait un soleil merveilleux, mais surtout, surtout, c'est quand j'ai pris connaissance du dernier budget fédéral qu'une sensation de bien-être incroyable envahit toutes mes entrailles. Wow! Et rewow!
Un deuxième budget déficitaire de 28 milliards, comme disait le regretté humoriste Sol, n'est-ce pas «vermouilleux»?
Pour paraphraser ce cher Achille Talon: «Une joie semblable ne devrait être permise qu'à proximité d'une tente à oxygène.»
Vous savez, avant j'étais à «droite»: je vivais selon mes moyens, je payais mes dettes, je n'attendais pas après le gouvernement pour me faire vivre et, du même coup, j'exigeais de ce même gouvernement qu'il gère les finances de l'État d'une manière responsable, rationnelle et efficace de manière à ne pas hypothéquer les générations futures.
Mais c'était avant la venue de Justin «Au pays des merveilles» Trudeau. 
Ça, ça a vraiment changé ma vie! J'ai enfin pu m'imprégner de la lumière absolue!
Je suis reviré à «gauche»!
Maintenant, j'ai vu comment ça marche. Tu racontes n'importe quoi: la solidarité, la collectivité, l'équité. Bref, n'importe quoi, question de se donner bonne conscience.
Mais dans le fond tu t'en sacres comme l'an 40.
Tout ce qui importe, c'est «me, myself and I».
Le truc, c'est que tout en faisant semblant de se préoccuper des autres, on s'arrange pour emprunter- le plus d'argent possible. 
On se paye tout un party, sur le dos des générations futures, pis eux autres, ben y s'arrangeront ! C'est pas de nos troubles!
Quand je pense qu'avant, j'étais à «droite», j'en ai des frissons.
Quand je pense à l'infâme Couillard qui a eu le culot, qui a poussé l'outrecuidance de mettre 4 milliards, lors des deux derniers budgets, dans le Fonds des générations sous prétexte de favoriser un avenir meilleur pour les générations futures...
Non, mais quelle supercherie intellectuelle!
Maintenant je suis à « gauche », maintenant, j'ai compris. Je sais, maintenant, que comme Québec solidaire l'a souvent dit, la meilleure chose à faire, ce serait de s'approprier les 17 milliards du Fonds des générations pour se payer du bon temps. Ça, c'est de la solidarité intergénérationnelle ! 
À la fin du mandat de notre Justin- national, la dette fédérale va atteindre 730 milliards, du jamais vu. Par contre, il ne faut pas lâcher. Il faudra s'assurer de le réélire, si on veut atteindre notre «objectif» d'une dette de mille milliards de dollars. On est capables!
Noël Bernard, Granby