Val-des-Cerfs: un changement nécessaire

Les élections scolaires ne sont pas le sujet de l'heure. N'empêche, elles restent importantes et particulièrement à Val-des-Cerfs.
Pourquoi? La réponse est simple: il est temps de changer la culture de cette commission scolaire.
On ne refera pas le bilan, mais depuis l'arrivée du tandem André Messier/Guy Vincent, respectivement directeur général et président de Val-des-Cerfs, il existe un climat malsain. Les conflits, les confrontations, autant avec le syndicat qu'avec les cadres, se sont multipliés. L'affaire est bien documentée.
Tout cela coûte cher et contribue au déficit de la commission scolaire du Val-des-Cerfs. Un déficit plus important d'année en année, au point où cette fois Québec a refusé de l'autoriser entièrement. Et c'est pour ça que votre compte de taxes scolaires a augmenté.
Il faut une nouvelle façon de gérer à Val-des-Cerfs plus respectueuse des partenaires, plus humaine. Avec l'actuel DG, le virage ne sera pas facile. Mais avec un nouveau président, ce n'est pas une mission impossible.
Richard Plante
Magog