Le nouveau chef du Parti québécois, Jean-François Lisée.

Une promesse qui coûterait la prise du pouvoir

Maintenant que Jean-François Lisée est devenu chef du Parti québécois, il voudra convaincre les membres de repousser la tenue du troisième référendum lors du mandat 2022-2026, afin de pouvoir battre les libéraux en 2018.
Si le PQ adopte son plan, la ligne d'attaque des libéraux lors de la prochaine campagne électorale est toute tracée: «S'il est élu en 2018, le PQ passera quatre interminables années à préparer un autre référendum, à vous bombarder d'études et de publicités vantant les mérites de l'indépendance, à susciter et à entretenir la confrontation avec Ottawa et les autres provinces. Est-ce franchement ce que vous voulez?»
Si les libéraux sont habiles, ils sauront convaincre les Québécois référendumophobes d'empêcher le PQ d'enclencher la précampagne référendaire et de le laisser dans l'opposition.
En conclusion, l'éventuelle promesse du PQ de tenir un troisième référendum lors du mandat 2022-2026 l'empêchera de prendre le pouvoir en 2018. Il lui faut trouver une autre avenue, qui pourrait être celle-ci: il y aura un référendum quand les Québécois le voudront vraiment et le feront savoir clairement.
La volonté et le désir d'indépendance doivent émerger du peuple.
 
Sylvio Le Blanc
Montréal