Une poule sans tête

Dans l'histoire du monde, les mouvements de la droite qui conduisent généralement à des gouvernements autoritaires ne se gênent pas pour mépriser les intellectuels, bâillonner les universitaires, appauvrir les chercheurs, ridiculiser les scientifiques. Ils font de même avec les jugements des plus hautes cours nationales et internationales. Ils rejettent du revers de la main les chartes provinciales, nationales et internationales. Enfermés dans la grotte de leur ignorance, ils ne comprennent rien à la complexité et aux subtilités des questions sociales. Ces mouvements sont convaincus que le radicalisme et le simplisme constituent les seules solutions à tous les problèmes auxquels la société moderne doit faire face. Ils ne travaillent pas avec un bistouri, mais avec une hache. Et quand ces mouvements de la droite réussissent à regrouper la majorité insouciante et désintéressée, ils arrivent à imposer une dictature, la dictature de la majorité, une dictature sans intelligence.
Dans le présent débat sur la Charte des valeurs, le ministre Bernard Drainville est un parfait exemple de cette droite profonde qui semble malheureusement gagner tant de terrain électoral. Au diable les jugements de la Cour suprême du Canada, au diable les chartes du Québec et du Canada, au diable les avis de la commission des droits de la personne, au diable les avis de l'organisme Justice foi, au diable les avis du Barreau, au diable les avis de la Fédération des Femmes du Québec, au diable les avis du patronat, au diable les avis de la plupart des associations syndicales, au diable les avis du nouveau maire de Montréal, au diable les avis des recteurs d'université. M. Drainville préfère écouter et privilégier non pas les propos de trois premiers ministres du Québec (Parizeau, Bouchard, Landry), mais les propos du grand prophète, l'ancien conseiller municipal d'Hérouxville. On est rendu aussi bas que ça. Ne devrions-nous pas commencer à rire jaune?
Un sujet aussi complexe et aux conséquences aussi sérieuses laissé aux mains de profanes et d'ignares pour des raisons bassement électoralistes, quelle attitude irresponsable de la part d'un gouvernement nationaliste! Pour ceux et celles qui pensaient que le Québec était loin de ces dérapages ethniques, xénophobes et raciaux qui ont ravagé tant de nations, eh bien, détrompez-vous. Le PQ a réussi facilement à créer de toutes pièces une crise fausse et artificielle et à établir un climat politique malsain et dangereux. Au diable l'accueil, la tolérance, la paix, la concorde et l'harmonie. Le mot d'ordre: écrasons les minorités visibles et abattons toutes les différences. Cette guerre au voile islamique est radicalement un rejet de la liberté de religion et un profond mépris de l'égalité homme/femme. Tous les propos de Bernard Drainville à ce sujet sont grandement mensongers. Ils démontrent clairement que le ministre ne comprend rien ni à la liberté de religion, ni au principe de l'égalité homme/femme.
L'évolution du monde et de la société québécoise qui, de décennie en décennie, s'approprie la complexité des relations humaines s'apprête malheureusement à faire un grand pas en arrière. Combien d'années faudra-t-il pour réparer cette calamité qui pointe à l'horizon?
André Beauregard
Shefford