Une formation qui videra les ressources intermédiaires de sa main-d’œuvre

LA VOIX DES LECTEURS / Cher M. Bonnardel, c’est avec le cœur gros et le sentiment de perdre tout le travail que j’ai fait auprès de mes employés que je vous écris. 

J’avoue, je suis un peu déstabilisée à l’idée de perdre mes employés qui semblent vouloir se réorienter vers une carrière en CHSLD, étant donné les conditions que le gouvernement propose.

Depuis plus de 13 ans, j’œuvre auprès de la clientèle ayant une déficience intellectuelle ou encore un trouble du spectre de l’autisme. J’ai commencé avec l’ouverture d’une seule ressource intermédiaire pour ensuite en ouvrir trois autres.

Je suis passionnée par ce que je fais et j’ai la chance d’avoir des employés qui me sont fidèles depuis de nombreuses années. Des employés que j’ai formés avec l’aide précieuse des intervenants du centre de réadaptation en déficience intellectuelle. Des employés qui, malgré le travail difficile, ont maintenu le lien d’emploi avec moi.

Je suis une de celles qui a la chance d’avoir des employés fidèles, loyaux et travaillants. Mais cela n’a pas été sans travail acharné et support de ma part et de l’équipe clinique du centre de réadaptation.

Il est important également de souligner que non seulement nous offrons des services à une clientèle DI/TSA, mais également avec trouble du comportement et/ou trouble grave du comportement.

Tous les jours, mes employés font face à la gestion de crise et malgré la lourdeur de la tâche, ils maintiennent leur lien d’emploi parce que malgré que ce travail soit extrêmement difficile, il est également extrêmement valorisant et enrichissant.

Vous ne serez pas étonné de lire qu’avant même la pandémie, il était difficile pour moi de recruter des employés, étant donné les conditions de travail que je pouvais me permettre d’offrir.

Pour compenser le faible salaire, qui ne reflétait en rien tout le travail et le dévouement qu’ils offraient à ma clientèle, je me suis dévouée à offrir un support et à développer leurs compétences professionnelles et ainsi qu’à contribuer à leur estime professionnelle.

Je suis propriétaire de quatre résidences intermédiaires et j’en suis fière. Je suis fière de mes employés. J’ai à cœur la qualité des soins et des services rendus, puisque j’ai une clientèle que j’affectionne particulièrement.

Mon équipe compte 23 employés et 30 usagers. Tel que mentionné plus haut, malgré la loyauté et la fidélité de mes employés, il est difficile, pour moi, de recruter. De plus, avec les conditions que suggère le gouvernement en CHSLD, je crains que cela mette en péril l’avenir de mes résidences intermédiaires.

Plusieurs de mes loyaux employés ont manifesté le désir de rompre leur lien d’emploi pour s’orienter vers un CHSLD. Certains ont déjà manifesté leur intérêt et d’autres attendent que la mesure d’appui de 4$ cesse. Je suis attristée et j’avoue même être paniquée.

J’ai du mal à comprendre et à justifier pourquoi que le gouvernement paierait ses employés plus chers en CHSLD qu’en ressource intermédiaire. Comme si le travail que nous faisons, au quotidien, n’était pas reconnu à sa juste valeur. J’aurais même l’audace de dire que si une augmentation de salaire significatif devait prendre place, c’est bel et bien dans un nom environnement comme le nôtre qu’il serait plus que bienvenue.

Les résidences intermédiaires sont peu nombreuses et malheureusement, le travail exercé dans ce type de milieu n’est pas assez connu.

Je n’ai pas les moyens de perdre mes employés, mais pire que ça, mes usagers non pas le moyen de perdre les figures de référence qu’ils côtoient quotidiennement, et ce, depuis de nombreuses années.

Je vous supplie de prendre cette lettre en considération et d’agir rapidement, sans quoi je serai dans l’obligation de fermer les portes de mes résidences et cela bien malgré moi.

Il faut prendre en considération que cela n’a pas seulement qu’un impact financier, mais surtout a un impact au plan humain.

J’ai envie de vous inviter dans une de mes résidences intermédiaires afin que vous puissiez constater, de vous-même, la nature du défi que nous relevons quotidiennement auprès de cette clientèle particulière, mais combien attachante.

Je vous remercie de l’attention que vous porterez à cette lettre. Je vous prie monsieur madame d’agréer mes sentiments les plus distingués.

Vittoria Esposito

Propriétaire des résidences intermédiaires Spring 1-2-3-4