La courtoisie est toujours fragile entre cyclistes et automobilistes, estime Serge Dion.

Une cohabitation auto-vélo fragile

Bonjour M. Jacques Dubois,Je viens de lire dans notre quotidien, La Voix de l'Est, à la rubrique « La voix des lecteurs », votre commentaire du 7 janvier dernier et qui a pour titre : « Bravo pour la courtoisie vélo-auto à Granby ! »
Je suis totalement d'accord avec vous, Monsieur Dubois, pour que la Ville de Granby enlève tous les panneaux sur les pistes cyclables portant la mention suivante : « AVERTISSEMENT, Pour obtenir la priorité à la traverse-Obligation de descendre du vélo ».
Vous nous dites que certains automobilistes « baissent leur vitre pour hurler sur les cyclistes qui n'ont pas pris le temps de descendre de leur vélo à la traverse ».
La situation que vous décrivez ne m'est jamais arrivée personnellement. Par contre, j'ai été témoin à plusieurs reprises que certains automobilistes klaxonnent ou font un doigt d'honneur lorsque le cycliste ne descend pas de sa bicyclette.
J'ai toujours la bonne - ou mauvaise - habitude de respecter toutes les lois en rapport avec l'alcool au volant, la vitesse au volant, le stationnement, l'environnement sous toutes ses formes et sans oublier les fameux panneaux restrictifs sur les pistes cyclables.
Mais attention, tout comme vous j'ai droit à l'occasion d'avoir un doigt d'honneur et/ou me faire klaxonner parce que je respecte à la lettre l'avertissement écrit sur les panneaux !
Voici la situation, en m'approchant de l'intersection en vélo, normalement les automobilistes respectent la priorité aux piétons et cyclistes et font leur arrêt. De mon côté, je respecte la loi, je fais mon arrêt, je descends de mon vélo et je traverse à pied l'intersection. L'automobiliste est surpris de me voir marcher à côté de mon vélo et de lui faire perdre son temps à attendre et c'est là que le « doigt » fait son oeuvre. De mon côté, j'ai perdu mon temps en descendant de mon vélo et je me sens coupable d'avoir frustré l'automobiliste, tout en respectant la loi à la lettre !
Peu importe la situation, c'est la confusion totale et tout le monde est stressé par ces panneaux. En conclusion c'est : PERDANT-PERDANT !
Du 9 janvier au 3 mars 2017 et c'est une première au Québec, la SAAQ invite toute la population à une consultation publique qui a pour thème : « Au Québec, la sécurité routière : ça nous concerne tous ! » (consultation.saaq.gouv.qc.ca). Plusieurs thèmes seront abordés, entre autres : la vitesse au volant, l'alcool au volant, la fatigue au volant et sans oublier la cohabitation entre piétons, cyclistes, automobilistes... Mais en attendant les résultats de cette importante consultation publique et les actions qui seront prises par le ministre des Transports, de la Mobilité durable et de l'Électrification des transports, la Ville doit enlever ces panneaux qui sèment la discorde et qui nuisent a une bonne convivialité entre cyclistes et automobilistes. 
Je vous remercie, Monsieur Dubois, pour nous avoir sensibilisés à la problématique de ces panneaux qui sèment la zizanie inutilement et qui sont une entorse à la courtoisie, avouons-le, fragile entre cyclistes et automobilistes.
Solidairement vôtre,
Serge Dion
Granby