Une autre option que l’euthanasie

LA VOIX DES LECTEURS/ La société québécoise n’est pas juste malade, elle est mourante dans ses choix d’avenir. Depuis quelques jours, on entend différentes demandes concernant l’aide médicale à mourir. On se croirait en plein cauchemar.

On demande de se faire tuer comme si c’était normal, car on a des souffrances, des douleurs et pour certains le mal de vivre, comme si c’était la seule solution pour les régler. On est maintenant dans une culture de mort à la carte. Comment avons-nous pu en arriver là ?

(...) Les politiciens ont leurs torts, mais les citoyens aussi. Où sommes-nous quand il est temps d’intervenir et mettre de la pression sur nos députés pour les réveiller et leur dire le gros bon sens? Notre silence fait mal. Où sont les personnes et les organismes qui devraient parler pour protéger les vies? Est-ce que l’argent achète leur silence? C’est un échec évident de notre société riche et moderne dans ses choix immoraux. Où arrêterons-nous ?

(...) Les personnes malades ou en perte d’autonomie et mourantes ont tant à nous apprendre, par leur exemple de vie. En les observant et les côtoyant, on voit souvent leur patience et leur courage. Ils ont surtout besoin d’amour et de notre présence. Il faut garder la solidarité pour la vie.

L’école de la vie, c’est des bonheurs, des joies, mais aussi des souffrances, des douleurs, des pertes d’autonomie. C’est ce qui nous fait grandir de l’intérieur pour devenir un meilleur monde. L’euthanasie ne fait pas cela.

Aurons-nous le courage de nous battre jusqu’au bout peu importe la situation, pour montrer l’exemple à nos enfants et leur laisser un monde meilleur ?

Sylvain Lamontagne - Valcourt