Le maire de Stukely-Sud, Patrick Leblond

Un total de 25 000$ pour tenir la main du conseil à Stukely-Sud

LA VOIX DES LECTEURS / Le 16 janvier dernier, La Voix de l’Est rapportait, sous la plume de Marie-Ève Martel, l’inconfort des citoyens et citoyennes de Stukely-Sud face à l’imposition par le conseil municipal de la présence systématique d’un avocat lors des assemblées publiques.

En tant que citoyenne de Stukely-Sud, je suis estomaquée de lire que le maire, Patrick Leblond, et nos élus estiment que cette décision s’inscrit en réponse au «climat houleux» des derniers mois lors des assemblées publiques.

Je me permets de rappeler au maire que la grogne ambiante découle de son attitude arrogante, intimidante et de son refus de répondre aux questions légitimes de ses concitoyens durant ces mêmes derniers mois.

Que les élus aient besoin de conseils juridiques ponctuels pour encadrer leur travail, passe encore. Mais que la présence d’un avocat chaque assemblée soit jugée essentielle pour éviter que monsieur Leblond ne fasse d’impairs ou sorte de ses gonds, il y a une sacrée marge!

Deux experts en gouvernance publique ont déjà exprimé clairement à la journaliste Marie-Ève Martel, qu’un : «climat malsain n’est jamais de la faute des citoyens»; Michel Filion, (La Voix de l’Est, 17 août 2019) et que, concernant la présence systématique d’un avocat lors des assemblées publiques «Je dirais que dans ce cas-là, pour les contribuables, ce n’est pas nécessaire.»; Michel Nadeau, (La Voix de l’Est, 18 janvier 2020).

À cet inconfort de principe s’ajoute la colère des citoyens face à la dépense frisant 1 000$ par mois qui pourrait donc approcher un total de 25 000$ d’ici la fin du mandat du conseil actuel. De l’avis de plusieurs, ce montant serait bien mieux employé à réaliser des projets au service de la population du village.

Dans un tel contexte, il n’est pas étonnant de constater le nombre important de maisons à vendre. Avec la mauvaise presse que nous attire le maire, cela peut contribuer au désintérêt de certains acheteurs et au départ de citoyens établis.

Isabelle Marissal 

Citoyenne de Stukely-Sud