Survive à ce tsunami

LA VOIX DES LECTEURS / Après avoir pris connaissance des commentaires concernant la disparition de nos journaux, je veux apporter mon humble opinion.

De prime abord, notre quotidien a toujours fait partie de ma vie. Mes parents étaient des abonnés. Je lis donc La Voix de l’Est depuis mon plus jeune âge. Quand j’ai pris mon propre appartement, je me suis abonnée à mon tour.

Pour moi, il est très important d’être au courant de ce qui se passe dans ma localité et dans le monde. De plus, j’aime les jeux qui me permettent de me divertir tout en gardant une bonne mémoire. N’est-ce pas primordial en vieillissant ?

Les aînés tiennent aux journaux papier, car ils n’ont pas été élevés avec la technologie.

Ma plus grande crainte est de voir disparaître les informations régionales et locales. Si les journaux disparaissent, les journalistes n’auront plus d’emploi. Ce sont eux les professionnels de l’information.

Même les adeptes de la tablette ou d’autres moyens technologiques ont besoin de personnes qui recherchent et écrivent l’information pertinente ? Rien ne peut les remplacer.

Allons-nous nous contenter de fake news ? Ce que je trouve le plus aberrant, c’est d’entendre des personnes dire qu’elles ne sont pas au courant des activités de leur milieu parce qu’elles ne sont pas abonnées à leur quotidien.

Est-ce si cher ?

Qui ne peut pas se payer moins de 1$ par jour pour le soutenir ?

On veut savoir ce qui se passe, mais on ne veut pas payer.

Je termine en remerciant notre quotidien La Voix de l’Est et, l’hebdomadaire Le Plus pendant des années, du soutien apporté aux organismes communautaires de la région. Sans notre journal, nos concitoyens n’auraient pas été au courant de nos activités.

Pauline Robert

Présidente AQDR Granby