Le maire de Sainte-Cécile-de-Milton, Paul Sarrazin

Ste-Cécile: deux poids, deux mesures et des élections

Les journaux et les bulletins de nouvelles dénoncent souvent les hausses de salaire des élus, les restrictions imposées aux employés et les actes électoralistes de nos élus de Québec et d'Ottawa. Ils parlent moins souvent des petites communautés. Pourtant, la politique, ça commence dans la proximité, chez nous, dans les petits enjeux quotidiens.
Si on ne tolère pas ces comportements chez nos députés, il ne faut pas non plus les tolérer chez nos élus municipaux. Le 16 janvier dernier, les élus de Ste-Cécile de Milton ont adopté plusieurs décisions de ce type qui alimentent le cynisme de la population.
Le maire Sarrazin a expliqué à l'auditoire que les employés municipaux auraient droit à une augmentation de salaire de 1 % cette année. Pour un individu qui gagne 30 000 $ dans son année, cela représente 300 $ de plus. M. le maire a justifié la décision en mentionnant que le salaire des employés de la municipalité est décent et que 1 % est suffisant. Évidemment, ces chiffres ne tiennent pas compte de l'inflation. Dans les faits, cette année, les employés risquent fort de voir leur pouvoir d'achat diminuer.
Cependant, les élus ne verront certainement pas le leur à la baisse. Quelques minutes plus tard, ils ont voté leurs propres augmentations salariales. Le résultat est clair : le salaire du maire augmente de 19 000 $ à 25 000 $ et celui des conseillers de 6300 $ à 8300 $, c'est-à-dire des augmentations de 6000 et de 2000 $. Dans les deux cas, les augmentations représentent une hausse de 31,5 % du salaire des élus. Comme si ce n'était pas suffisant, ils se sont aussi accordé une indexation annuelle automatique de 2,5 % pour les années à venir.
Les employés de Ste-Cécile ont donc eu droit à une hausse de 1 % de leur salaire alors que les élus s'en octroient trente fois plus. Faut le faire ! D'ailleurs, ça en dit long sur l'idée qu'ont les élus de leurs propres employés. Lorsque l'on sait qu'au moins une plainte en harcèlement psychologique a été déposée contre la municipalité, la liste des questions que l'on peut se poser sur le climat qui règne entre les élus et les employés s'allonge considérablement.
Considérant l'injustice des augmentations accordées aux employés comparés à celles des élus, j'ai suggéré à M. le maire Sarrazin que les ressources humaines retournent à leur table à dessin. La réponse du maire a été fort éloquente : « Le conseil est à l'aise avec sa politique ». En même temps, suis-je vraiment surpris ? Je ne connais pas beaucoup de gens qui refuseraient de se donner 31,5 % d'augmentation s'ils en avaient le pouvoir... Le problème ici, c'est que ce sont les contribuables qui paieront.
Comme si ce n'était pas déjà suffisant, l'odeur de l'automne commençait déjà à sentir durant la séance. En toute fierté, M. le maire a annoncé que cette année, le nombre de rues en réfection à Ste-Cécile augmenterait, prétextant que les prix de l'asphalte seront à la baisse. Tant mieux s'il est vrai que les prix diminuent et, si c'est le cas, j'espère qu'il en sera de même pour toutes les municipalités de la région. Il n'en reste pas moins que cette annonce ressemble beaucoup aux vieux stratagèmes duplessistes visant à se faire réélire en effectuant plus de travaux de voiries, tout en camouflant, ou en tentant de camoufler, une hausse substantielle du salaire des élus.
Les élections municipales sont dans quelques mois. C'est le moment de commencer à réfléchir sur ce qui vous semble prioritaire dans la municipalité. C'est votre argent après tout. Qui obtient une augmentation salariale de 31,5 % ? Est-ce décent et bénéfique ? Souhaitez-vous continuer dans cette direction ? Ne préfériez-vous pas que le trottoir de la rue principale soit déneigé et que nos enfants n'aient pas à marcher dans la rue ? Nous savons que la capacité financière de la municipalité est limitée. J'invite donc les citoyens de Ste-Cécile à se mobiliser et à exprimer leurs opinions. Quelles sont vos priorités ? La réflexion vous appartient.
Jocelyn Beaudoin
Sainte-Cécile-de-Milton