Si on passait au brun ?

Isabelle Gaboriault
La Voix de l'Est
LA VOIX DES LECTEURS / Cher papier de toilette. Qui a décidé que tu devais être blanc ? Ta couleur immaculée fait en sorte que les papetières de la planète doivent utiliser beaucoup, mais alors là, beaucoup de produits chimiques pour procéder à ton blanchiment. Pourtant, cher papier de toilette, on ne se fera pas de cachotteries, tout le monde sait où tu termineras ta vie…

Encore une fois, récemment, la presse écrite rapportait que nos centres de tri québécois avaient de la difficulté à se départir de leurs ballots de papier et de carton parce que des pays émergents n’en veulent plus. Et nous, chers Québécois, que faisons-nous devant cette situation ? Nous coupons des arbres pour utiliser de la matière première neuve afin qu’elle puisse être blanchie adéquatement dans le but d’essuyer nos postérieurs. 

Pourtant, l’usage de papier recyclé serait totalement envisageable pour effectuer cette tâche ingrate. Mais il y a un mais : nous devrions accepter que notre papier de toilette soit BRUN ! 

« CALAMITÉ ! », scanderont certains. « AUX ARMES ! », crieront d’autres. Tout ça simplement parce que nous sommes réfractaires au changement (c’est dans notre nature). Pensez-y. Nous nous essuyons déjà les mains avec du papier brun depuis longtemps et AUCUN décès n’a été constaté. 

Les papetières sont prêtes à nous offrir du papier de toilette brun ayant la même douceur et la même rigidité que le papier blanc. La compagnie Cascades a même déjà une gamme de produits toute prête nommée Moka, mais elle hésite à la lancer en magasin puisqu’elle a connu un revers commercial avec un produit similaire à la fin des années 1990. Cela dit, bien des choses ont changé en 20 ans. Parlez-en à Blockbuster...

Je m’adresse donc aux dirigeants de papetières québécoises telles Cascades et Kruger. Des centaines de milliers de personnes ont marché pour le climat dans les rues du Québec l’automne dernier. Je crois que ces « marcheurs » sont aussi des consommateurs cibles tout désignés (et heureux de l’être !) pour votre éventuel papier de toilette brun entièrement fait de papier recyclé. 

Si vous commercialisez ce produit, non seulement je suis certain que vous écoulerez vos stocks, mais en plus, vous donnerez un sérieux coup de pouce à l’industrie québécoise du recyclage.

Merci d’avance pour votre considération.

Enfin, cher papier de toilette, lors de ton prochain party de famille, pourrais-je te demander de poser ma question initiale à tes cousins les mouchoirs et les essuie-tout ? 


Marc-Antoine Bazinet

Waterloo