Les conseillers et le maire manquent de jugement dans leur décision. On vient juste de couper dans les retraites des employés, qui n'auront pas, après plusieurs années de service, la reconnaissance que l'on veut bien donner à un maire qui sans doute ne fera qu'un mandat.

Salaire des élus: des pratiques à réglementer

Les conseillers et le maire manquent de jugement dans leur décision. On vient juste de couper dans les retraites des employés, qui n'auront pas, après plusieurs années de service, la reconnaissance que l'on veut bien donner à un maire qui sans doute ne fera qu'un mandat.
De plus, il faut être déconnecté du peuple pour se voter de telles augmentations.
D'ailleurs, je crois que le privilège des élus de s'offrir des augmentations de salaire à partir des biens publics sans contrainte est un pouvoir démesuré qui, j'espère, un jour n'aura plus sa place.
Le ministre qui aura la sagesse de réglementer ces pratiques pour éviter que des élus s'octroient des augmentations plus élevées que celles qu'on offre aux employés de l'État sera un grand homme. Un homme réellement engagé au service de la population et non pour favoriser les intérêts de ceux qui détiennent le pouvoir. 
Si le maire trouve qu'il n'est pas assez bien payé ou qu'il veut une assurance maladie, eh bien, peut-être un autre emploi lui conviendrait mieux. Le choix de devenir maire ou conseiller pour offrir ses services à la collectivité de sa région ne peut être comparable en tenant compte seulement des avantages des conventions collectives­ négociées.
Helene Beaudry,
citoyenne de Granby