Revenir à l'enjeu principal

Le débat sur la Charte des valeurs lancé par un ballon d'essai de Bernard Drainville, le 21 août dernier est loin d'être terminé. Depuis le 14 janvier, il a repris en Commission parlementaire avec plus de 200 mémoires à entendre.
Revenir à l'enjeu principal
Ce sera pour l'essentiel des redites de ce qui est déjà connu. Car, à ce jour, deux camps se sont clairement identifiés et démarqués. Les pro-charte qui, au nom de la laïcité et contrairement au libellé du projet de loi, se sont attardés à vouloir proscrire le voile de l'espace civique, non pour des raisons relevant de sa taille soi-disant trop grande, mais pour des raisons relevant de la perception politique, assimilant plutôt celui-ci à la soumission de la femme. Une dérive en fait! L'autre camp, les contre, a dérivé tout autant dès le départ de ce débat en voulant et laissant croire que le bannissement des signes religieux ostentatoires équivalait au bannissement de tout signe religieux dans ce même espace civique, ceci, d'après eux, allant à l'encontre des chartes québécoise et canadienne qui protègent la liberté de religion. On ne peut qu'espérer que le président ou la présidente de la Commission réussira à recentrer le débat sur le véritable enjeu: la discrétion religieuse est-elle légitime et gérable pour assurer la laïcité des institutions publiques?
Denis Forcier
Shefford