Réponse à «L'Ukraine et l'avenir du Québec?»

M. Noël Doucet, dans La Voix de l'Est du 4 mars dernier, vous tentez de comparer la situation géopolitique de l'Ukraine et celle du Québec. Vous supposez que, si un pays déjà indépendant comme l'Ukraine se fait envahir, l'indépendance du Québec risque de faire en sorte que l'armée canadienne prendrait le contrôle de notre territoire.
Ceci est un excellent exemple des arguments de peur que des fédéralistes n'hésitent jamais à énoncer pour tenter de dissuader les indécis de voter oui. Lors des deux derniers référendums, les fédéralistes préféraient effrayer la population plutôt que de la convaincre des bienfaits de la fédération. C'est encore le cas aujourd'hui. Pourquoi faire peur plutôt que convaincre? Je me permets de penser que cela s'explique par le fait que les bienfaits d'être une province sont bien moindres que le fait d'être un pays.
Le Canada, lorsque Québec se déclarera indépendant, n'envahira pas notre territoire, car il reconnaît le droit de notre nation à décider de notre avenir. Ce droit est d'ailleurs reconnu par la Loi sur la clarté référendaire, même si ses modalités sont douteuses. Aussi, si l'on veut comparer l'Ukraine avec le Québec, il faudrait que le Canada soit comparable à la Russie. Est-ce le cas? Poser la question, c'est y répondre. Le régime politique canadien est à des années lumières du régime politique russe. De plus, l'Histoire nous a déjà montré que le Canada et le Québec n'ont pas d'historique de violence en période référendaire. En effet, nous avons déjà traversé deux de ces intenses périodes et aucun évènement trouble n'est survenu. Lorsque l'on regarde à travers le monde, il s'agit en soit d'un exploit dont nous pouvons tous être fier.
Finalement M. Doucet, laissez-moi vous dire qu'au niveau du développement, c'est le fédéral qui nous nuit. À l'heure actuelle, nous ne disposons que de la moitié de nos leviers économiques, l'autre moitié appartenant au fédéral. Or, cette situation nous ralentit plus que jamais, car pendant que le Québec veut développer son économie verte, le Canada investit, avec notre argent, dans ses sables bitumineux. Voilà pourquoi il me fera plaisir d'aller rencontrer les citoyens de Granby et de leur parler de ce projet magnifique qui nous permettra d'enfin développer notre plein potentiel, soit l'indépendance du Québec.
Jocelyn Beaudoin
Candidat d'Option nationale dans Granby
Abonnez-vous à La Voix de l'Est