Réaction à l'article «Une enseignante se bat pour travailler»

Je connais Mme Molina depuis presque son arrivée au Canada.
Il est tout simplement intolérable de voir la façon dont nos ministères traitent les immigrants en matière professionnelle. D'un côté, on leur chante les louanges du Québec et à leur arrivée, on les embourbe dans une incroyable bureaucratie.
Mme Molina est un exemple (parmi beaucoup trop) de talent gaspillé et de productivité perdue pour la province.
Avec les résultats scolaires et de décrochage que l'on connaît dans cette province, comment le Ministère peut-il lever le nez sur des professionnels talentueux et reconnus par leurs pairs?
L'école voulait la garder, la commission scolaire aussi. Comment est-il possible qu'au ministère, on puisse empêcher ce que les gens sur le terrain constatent et veulent? La réponse est simple: le pouvoir décisionnel n'est pas au bon endroit.
Le système doit s'améliorer et la pression des médias et de la population pourra en venir à bout si les élus les appuient. M. Blanchet, où êtes-vous?
Malheureusement, non seulement le gouvernement du Québec n'a de leçon à donner à personne, il devrait plutôt adopter une attitude ouverte au changement et à l'amélioration.
P.-S. Bravo au SERY pour le travail d'appui incessant à nos immigrants.
Bertrand Ménard
Granby