Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Le boisé Quévillon à Granby
Le boisé Quévillon à Granby

Protéger le boisé Quévillon

Article réservé aux abonnés
LA VOIX DES LECTEURS / Monsieur le maire de Granby, conseillers et conseillères, je crois que Granby comme bien d’autres villes a l’obsession d’un développement à tout prix depuis quelques années, comme si le développement était le Saint-Graal de la réussite d’une ville.

Cette vision narcissique n’améliore en rien la qualité de vie des citoyens, qui devrait être le but premier d’une société saine et équilibrée. Entre un plus gros budget venant d’un surplus de taxe et le bonheur et la qualité de vie des citoyens, lequel est le plus important ?

C’est pourtant simple comme question, cela devrait pourtant être la question principale que nos élus devraient à chaque jour avoir en tête. C’est un leurre que de croire qu’en percevant plus de taxes, on peut améliorer les services à la population.

L’expansion de la ville demande entraîne aussi plus de dépenses avec un plus grand territoire : entretien des routes, déneigement, police... contrairement à la densification ordonnée et de qualité, qui amènerait plus de revenus sans augmenter plusieurs dépenses entretient des rues et autres par exemple.

Il n’y a plus personne de moindrement lucide qui n’est pas conscient que l’humanité est à la croisée des chemins concernant la destruction de la nature. Sans elle, l’humain ne survivra pas. Des efforts sont faits à travers le monde pour réduire l’empreinte écologique. L’empreinte écologique, par définition, est un indicateur environnemental permettant de mesurer l’impact de l’activité humaine sur notre planète.

En d’autres mots, le calcul de l’empreinte écologique permet de déterminer la pression exercée par l’homme sur la nature. Qu’est-ce qui est le plus important ? Une ville qui passe de 70 000 à 100 000 habitants, ou une ville qui inclut des zones naturelles protégées, comme pourrait l’être le boisé Quévillon ? Nous avons comme obligation de préserver la nature le plus possible et Granby doit aussi continuer à faire des efforts pour léguer à nos enfants et les générations à venir une ville saine et une planète écologique équilibrée.


« Qu’est-ce qui est le plus important ? Une ville de 100 000 habitants ou une ville qui inclut des zones naturelles protégées, comme pourrait l’être le boisé Quévillon? »
Jacques Potvin

Pour les citoyens qui fréquentent comme moi le boisé Quévillon et les autres, comme le boisé Miner et le Centre d’interprétation de la nature du lac Boivin, ces lieux sont très importants non seulement pour l’activité physique, mais aussi pour notre santé mentale, tout en protégeant des espèces en voie de disparition. Ce sont des médicaments des plus naturels. C’est aussi un atout extraordinaire pour promouvoir la réputation de Granby comme étant la ville des parcs.

On peut se permettre un tel investissement avec les deux paliers de gouvernements qui sont très sensibles à la préservation de la nature, en accordant des subventions en ce sens. On voit maintenant où l’appât du gain effréné nous a menés en détruisant la nature, il faut désormais penser autrement. Comme a dit Albert Einstein : « Un problème créé ne peut être résolu en réfléchissant de la même manière qu’il a été créé. »

Jacques Potvin

Granby