Prière d'un dément

Seigneur, délivre-moi de ce corps
Seigneur, délivre-moi de ce corps
Qui oublie le chant des oiseaux
La voix de mes enfants
La couleur du jour
Le goût d'une fraise des champs
 
Sais-tu que la nuit, je te prie
Pour qu'en voleur, tu me libères de cette vie
Sais-tu que je meurs d'ennui
Malgré mon sourire figé, mon regard ébahi
 
Au réveil, on me lave, me cajole, me nourrit
On m'habille et m'installe devant la vitrine de la Vie
Des bruits lointains me parlent de visites et d'amis
Mais je n'ai qu'un rêve, retrouver ma Chérie
 
Pourtant on me vaccine contre la pneumonie
Quand je fais de la fièvre, on se fait du souci
On me donne des pilules, de l'oxygène et me met au lit
En espérant me garder dans leur Vie
 
Comment faire savoir à mes soignants
Que tout ceci devient acharnement
Que je n'ai plus mon coeur d'enfant
Que je rêve de mourir tout simplement
 
M'aurais-tu oublié, Seigneur?
Moi dont la Foi me transporte ailleurs
Dans mon carcan de l'oubli
Je pleure en silence la nuit
 
Dans un monde où sans cesse, l'on intervient
Au nom de la Dignité et du Bien
Y a-t-il un seul être humain qui prendrait ma place demain
Ou souhaiterait une telle fin?
 
On remonte ma ridelle
Un sourire à pleines dents
C'est mon aidante naturelle
Douce, mais sourde à la prière d'un dément
 
Toi, Seigneur
Sauras-tu leur dire que je ne demande pas à être euthanasié
Mais seulement soulagé pour me permettre de m'envoler
Qu'on cesse les traitements quand une infection se présente devant
Pour qu'enfin je puisse filer au firmament
 
Dre Elizabeth Racine
Médecine palliative
CIUSSS Estrie