La rente des retraités risque d’être amputée de 25 % à 30 % à la suite de la faillite de Groupe Capitales Médias (GCM).

Pour une garantie des prestations de retraite

LA VOIX DES LECTEURS / En tant que présidente de l’Association québécoise de défense des droits des personnes retraitées et préretraitées (AQDR), je joins ma voix à celle de nombreuses organisations et personnes pour déplorer le sort qui attend les retraités de Groupe Capitales Médias (GCM) au début de l’année 2020.

Leur rente de retraite risque d’être amputée de 25 % à 30 % à la suite de la faillite de GCM et du déficit de son régime de retraite.

Dans ce contexte, et à la suite de plusieurs autres cas similaires survenus dans un passé récent, l’AQDR demande au gouvernement du Québec d’instaurer, dans les meilleurs délais, un Fonds de garantie des prestations de retraite en s’inspirant de celui existant en Ontario, depuis 1980. 

Selon les informations obtenues, ce serait en vertu de l’existence de ce Fonds que les retraités du journal Le Droit verraient leur revenu beaucoup moins affecté par la faillite de GCM, puisque le Fonds ontarien viendrait combler une grande partie, sinon la totalité, de la baisse de leur rente de retraite.

L’AQDR est une association nationale regroupant 41 sections réparties sur l’ensemble du territoire québécois. Plus de 24 000 personnes en sont membres. Intervenantes de première ligne pour les aînés, certaines sections de l’AQDR ont développé une expertise pointue au niveau de l’abus et de la
maltraitance envers les aînés.

Judith Gagnon

Présidente de l’Association québécoise de défense des droits des personnes retraitées et préretraitées