Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.

Pour un plan de vaccination équitable contre la COVID-19

Article réservé aux abonnés
LA VOIX DES LECTEURS / Après le point de presse du 16 mars, le gouvernement Legault a publié un communiqué pour dire qu’il allait modifier son plan de vaccination. Des personnes handicapées ainsi que des personnes vivant avec une déficience intellectuelle et développementale seront considérées comme prioritaires.

Plusieurs familles québécoises ont été soulagées en apprenant la nouvelle. Le changement de cap laisse quand même un goût amer. Pourquoi avoir si tardé à changer le plan ? Ça fait déjà plusieurs semaines que la Colombie-Britannique et d’autres pays ont publié des plans de vaccination détaillés qui font une priorisation au delà de l’âge.

Ces plans sont basés sur le principe d’équité et ils sont appuyés par des données scientifiques. Déjà en mai 2020, par exemple, l’Irish Journal of Psychological Medecine concluait que les personnes avec des déficiences intellectuelles sont particulièrement vulnérables aux effets physique, mental et social de la pandémie.

Un article du NY Times, publié le 10 novembre 2020, faisait part d’une étude concluant que les personnes avec des déficiences intellectuelles et développementales ont trois fois plus de chances de mourir de la COVID-19.

Reconnaître les données scientifiques

Jusqu’à tout récemment, le gouvernement refusait de reconnaître l’existence de données scientifiques pour appuyer un changement de cap. Le 10 mars, Radio-Canada rapportait qu’un «porte-parole du ministère de la Santé et des Services sociaux avait expliqué qu’aucune donnée scientifique n’indiquait que les gens vivant avec une déficience étaient plus vulnérables face à la COVID-19». (David Gentile, Prioriser la vaccination des autistes et des déficients intellectuels)

Sans l’intervention d’une coalition de groupes, le gouvernement n’aurait toujours pas changé de cap. En fait, ça fait déjà un bon bout de temps que des représentants de divers organismes voués au soutien et à la protection des personnes vivant avec des déficiences intellectuelles, développementales et physiques demandent au gouvernement de reconnaître ces personnes comme prioritaires dans la campagne de vaccination.

Le manque d’équité perdure

Le nouveau plan de vaccination demeure inéquitable. Les personnes atteintes de déficiences intellectuelles et développementales vivant à la maison ne sont toujours pas considérées comme prioritaires. Les familles concernées se sentent abandonnées par le gouvernement.

J’ai un très bon ami qui a un enfant autiste d’âge adulte. Son fils vit avec lui et sa conjointe. Le jeune homme est épileptique. La moindre fièvre provoque une crise qui le mène assurément à l’urgence. Ses parents ont donc décidé de s’isoler à la maison. Pas question de retourner dans leur milieu de travail. Pour eux, comme pour beaucoup de famille dans cette situation, le vaccin est la lumière au bout du tunnel. Mais là, ils devront encore attendre.

Dans une chronique du 6 mars, Yves Boisvert de La Presse racontait l’histoire de parents avec deux enfants adultes sévèrement handicapés vivant à la maison. Les parents soulignaient le manque d’équité par rapport aux personnes en établissement.

François Morin, le père cité dans la chronique de M. Boisvert, a publié une lettre adressée à M. Legault mentionnant qu’il a eu une correspondance avec Christian Dubé. Sa requête pour faire vacciner ses filles adultes « et autres personnes handicapées en priorité, en raison de leurs conditions de santé hyper fragilisées, a été une fin de non-recevoir. »

En procédant avec un poids deux mesures, le plan du gouvernement est une injustice pour des personnes qui étaient déjà parmi les grands oubliés de la pandémie. Alléguer qu’il n’y a pas de données scientifiques pour appuyer un changement de cap est ajouter l’insulte à l’injure. On pourrait même parler de mépris.

M. Legault aime bien s’autocongratuler. Je doute que les familles concernées lui donnent une bonne note. Par contre, ces familles ne risquent pas d’aller manifester et elles ne pèsent pas lourd dans la balance électorale.

Ronald Morris

Sutton