Lorsque j'ai appris la mauvaise nouvelle concernant le Centre d'hébergement Santé Courville, je croyais que c'était une mauvaise farce.

Où est la logique ?

Lorsque j'ai appris la mauvaise nouvelle concernant le Centre d'hébergement Santé Courville, je croyais que c'était une mauvaise farce. Selon ce que l'on entend couramment par les proches aidants concernant cette résidence, c'est que le service est de haute qualité, que l'approche et le personnel sont humains et qu'ils considèrent la personne atteinte comme une personne à part entière. Nous ne recevons que des commentaires positifs à l'égard de Santé Courville.
Peu de temps avant, j'ai eu une discussion avec une professionnelle de la Clinique de la mémoire du Centre hospitalier de Granby. Elle me mentionnait qu'il y a plus de 2 ans d'attente pour obtenir une place d'hébergement en résidence intermédiaire et 1 an d'attente pour les Centres d'hébergement en soins de longue durée. Où est la logique de vouloir fermer 31 lits dans un centre qui a une aussi bonne réputation ? Ce sont 31 résidents qui perdront leur dernière demeure et des employés qui perdront leur emploi. Nous savons tous que les gens atteints d'un trouble cognitif nécessitent une stabilité afin de ne pas provoquer du stress inutilement, car ceci cause souvent un déclin plus rapide de la maladie.
Pourquoi fermer des lits qui sont déjà opérationnels, avec des soins de grande qualité et un personnel déjà formé pour tout recommencer ailleurs ? Pourquoi dépenser cet argent qui pourrait être utilisé autrement pour les personnes atteintes ?
Tant de questions qui restent sans réponses. Une chose est certaine, la Société Alzheimer de Granby et région sera toujours là pour soutenir les démarches de Santé Courville, un partenaire de longue date pour nous. En ce moment, les gens qui le désirent peuvent passer dans nos bureaux pour signer une pétition en support à Santé Courville. Plus nous obtiendrons de signatures, plus de poids aura la démarche de la famille Courville afin d'être présente pour et avec sa communauté. Nous espérons de tout coeur que les négociations porteront leurs fruits et qu'il n'y aura plus de menace de fermeture pour cette clientèle déjà vulnérable.
Julie Desgranges, directrice générale
Société Alzheimer de Granby et région