Ottawa! Injustice, favoritisme ou gaspillage?

LA VOIX DES LECTEURS / En ce temps de confinement, nous devons revoir notre budget. Les dépenses en essence, transport, café, restaurant, spectacle et autres sont presque nulles. Le gouvernement fédéral offre 2000 $ par mois pour soutenir les travailleurs ayant perdu son emploi. Jusque-là bravo !

Pour les entreprises qui perdent plus de 30 %, elles ont droit à du soutien. Dans notre système économique, les baisses de revenus dans les commerces en janvier et février, sont souvent de 15 à 25 %. M. Justin a écouté le lobby des affaires et ajusté à 15 % le droit au soutien. OUPS !

Un autre programme a été créé pour maintenir le lien d’emploi des travailleurs avec les entreprises. Ce programme est créé pour éviter que ces travailleurs puissent aller travailler ailleurs. OÙ AILLEURS ? Tout est fermé ! Le calcul va favoriser des travailleurs à haut salaire.

Prenons en exemple Air Canada. Les 16 500 chômeurs réembauchés selon le programme vont garder un lien d’emploi pour ne pas se rendre au travail. Chacun va recevoir un salaire de 75 % du fédéral, soit 14 000 $ sur quatre mois au lieu du 8000 $ de base du premier programme !

Que dire des petits commerçants et travailleurs à bas salaire qui vont se contenter de la base de 8000 $. Le Québec va pallier l’écart, jusqu’à 2000 $, chez les bas salariés qui travaillent encore dans les commerces et les services essentiels.

Enfin, un mot pour les retraités avec le revenu minimum garanti et les assistés sociaux. Ces personnes sont loin de recevoir le 2000 $ par mois du programme du fédéral. Une disparité que je questionne tout comme celle des travailleurs au salaire minimum des petits commerces et services fermés durant le confinement.

À vous de placer les qualificatifs de mon titre sur les remarques de mon texte. Bonne réflexion !

Jean R. Petit

Enseignant géographe et historien retraité à Granby