Monsieur le maire, j'ai honte

M. le maire Bonin, Ce matin, en ce jour de la Saint-Jean-Baptiste, j'ai honte, très honte et je n'ai certainement pas le goût de fêter! Je suis Granbyen de naissance, y ayant vécu près de 40 ans. J'habite maintenant Shefford, vos voisins! J'ai toujours été fier de dire que j'étais natif de Granby, mais tout ça est terminé. Je disais souvent à ceux et celles qui tempêtaient contre Granby et le zèle des policiers envers les motos que c'était exagéré et que les motocyclistes n'ont qu'à ne pas faire de bruit et ils auront la paix, que ce soit à Granby ou ailleurs. Tout ça est terminé.
Je suis un motocycliste des plus respectueux du bruit. Ayant fait l'acquisition d'une moto neuve ce printemps et m'étant assuré que tout était parfaitement légal, quelle ne fut pas ma surprise hier soir de me faire «coller» par le matricule 63, lui-même en moto, que je ne nommerai pas, mais que vous connaissez très bien. Je ne «rince» jamais ma moto. Habitant moi-même un quartier très résidentiel et paisible de Shefford, je suis moi-même frustré après les motocyclistes qui ne respectent pas ce code d'éthique. J'étais arrêté à un feu rouge, au idle, quand votre policier s'est collé à mes côtés pour me demander de me stationner à côté. Il a bien pris soin de me faire déplacer à l'abri des regards, car j'étais bien à la vue au premier endroit que j'avais arrêté, dans un stationnement en bonne et due forme. L'intervention s'est déroulée aux limites de l'arrogance de la part du policier. J'étais possiblement isolé et facile à intercepter.
Ce qui est des plus ironique dans mon cas est que ça fait des centaines de fois que je circule librement à Granby sans jamais n'avoir eu de problème. Tout ça est terminé. Je ne me cachais jamais quand je roulais à Granby. Hier soir, j'étais sur la main, comme souvent. Tout ça est terminé. Même tout récemment, j'avais une auto-patrouille immédiatement derrière moi sans problème! Pourquoi hier soir? J'ai honte, car hier soir, par une belle soirée chaude, je ne faisais rien de mal, de contraire à la loi. Le respect, ça se gagne, et je croyais l'avoir gagné envers Granby. Tout ça est terminé.
J'ai la ferme intention de vous inviter, M. le maire, à venir assister à ma comparution, car vous aurez deviné que je contesterai ce constat d'infraction qui n'en est pas un. Un projet-pilote est en cours à la Ville de Sherbrooke et je vais démontrer que mes silencieux sont tout à fait conformes. Vous aurez remarqué également que j'ai copié bon nombre d'intervenants du milieu ou non, journalistes, associations ou autre. J'ose croire que le message va passer, circuler et que certains d'entre eux vont intervenir et faire pression. Je ne veux pas en faire un show, je veux dénoncer haut et fort que ça n'a plus de sens.
Cette image que la Ville de Granby a est très malsaine. Depuis hier soir, ce n'est plus une image, je peux attester que c'est une réalité. Je ne serai jamais contre que l'on punisse quand on doit être puni, mais hier soir, je ne méritais pas un pareil traitement. Tant et aussi longtemps que je ne pourrai plus circuler librement à Granby, comme je le croyais avant-hier soir, et bien mes dollars loisirs «motos» iront ailleurs. J'espère sincèrement que tout ceci n'est pas terminé.
Si c'est la vision claire de la Ville envers les motos, et bien sortez publiquement et dites-le. Si ce n'est pas ce que la Ville souhaite et que c'est l'affaire isolée de quelques policiers intransigeants, et bien, réglez le dossier. Vos policiers doivent être à jour avec les nouvelles normes. M. le maire, agissez s'il vous plaît! C'est d'une tristesse lamentable. D'un motocycliste au comportement des plus respectueux, qui l'a toujours été et qui le sera toujours, à Granby (si on m'en redonne le droit) ou ailleurs. Cordialement frustré!
Michel Côté
Shefford