Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Il faut savoir que certains enfants arrivent à l’école ou embarquent dans l’autobus dès 7 h et quittent les lieux seulement à 17 h 30, ce qui veut dire qu’ils porteront un masque sur leur visage pendant 10 h 30.
Il faut savoir que certains enfants arrivent à l’école ou embarquent dans l’autobus dès 7 h et quittent les lieux seulement à 17 h 30, ce qui veut dire qu’ils porteront un masque sur leur visage pendant 10 h 30.

Mesure excessive à l'école

La Voix de l'Est
La Voix de l'Est
Article réservé aux abonnés
LA VOIX DES LECTEURS / Je suis enseignante au centre de service scolaires du Val-des-Cerfs et je souhaite dénoncer une situation qui nous indigne, mes collègues et moi. Comme vous le savez, le port du masque en tout temps sera obligatoire dès la première année à partir de lundi prochain. Jusqu’ici, tout est clair et compréhensible avec l’arrivée des nouveaux variants.

Ce qui nous choque, c’est que le directeur général du centre de services scolaire impose également le port du masque pour tous les enfants dans la cour de récréation, malgré le fait qu’il n’y a AUCUN écrit officiel de la Santé publique ou du ministère qui l’indique. Nous nous appliquons à instaurer des zones sur la cour pour préserver les bulles-classes depuis le printemps dernier.

De plus, j’ai déjà sondé des collègues aux centres de services des Sommets, Marie-Victorin et de Montréal et AUCUN de ces endroits ne font porter le masque à l’extérieur.

Notre directeur et mes collègues avons tenté de dire que nous souhaitions attendre une consigne claire avant d’imposer cette règle. Mon directeur s’est fait contraindre de la faire appliquer dès lundi matin.

Il faut savoir que certains enfants arrivent à l’école ou embarquent dans l’autobus dès 7 h et quittent les lieux seulement à 17 h 30, ce qui veut dire qu’ils porteront un masque sur leur visage pendant 10 h 30 (sauf pour le 15 minutes lorsqu’ils mangent ou le 10 minutes de collation).

Vendredi, lorsque nous avons annoncé la nouvelle aux enfants, plusieurs pleuraient ou démontraient des signes d’anxiété en pensant aux chaudes journées qui arrivent à grands pas. Plusieurs parents pensent également à retirer leurs enfants de l’école, ce qui n’est pas bon signe.

Il semblerait donc que notre centre de services a décidé de faire du zèle avec les mesures au détriment du bien-être des enfants.

Une enseignante de niveau primaire au centre de services scolaire du Val-des-Cerfs