Merci à Donald Trump!

Toute l'histoire de notre planète et de l'humanité est une longue suite d'événements qui, à première vue, auraient dû détruire à tout jamais notre univers et qui, au contraire, ont donné naissance à de nouveaux élans et à des formes de résurrection. Sans ces catastrophes, le monde actuel n'aurait jamais pu arriver.
La nature elle-même tient un langage semblable : le grain de blé doit mourir pour produire du cent pour un. L'évolution et le progrès de notre monde semblent reposer de façon inexorable et absolue sur des événements catastrophiques. Ceux-ci agissent comme le tremplin sous les pieds du plongeur ou la corde d'un arc dans la main d'un archer : plus le recul est grand, plus la force de projection en avant est grande. Ne désespérons pas ! 
L'évolution est une longue route chaotique qui ne cesse jamais de conduire vers les sommets. Comme la devise des Jeux olympiques, la vie et l'humanité ne stagnent jamais ; courageusement et sans relâche, elles visent plus loin et plus haut. Les avancées scientifiques parviennent parfois à nous prévenir d'« Acts of God » comme l'arrivée des tsunamis, des volcans et des ouragans et ainsi, diminuer l'ampleur des dégâts humains et matériels. Par contre, curieusement, les études et les analyses sociologiques parviennent très difficilement à influencer nos sociétés afin qu'elles évitent les dérives de la droite et de l'extrême droite. Seuls des événements majeurs comme l'élection démocratique d'un monstre à la tête d'une puissance militaire et économique semblent être en mesure d'ébranler notre indifférence et notre tranquillité béate. 
À première vue, cette triste élection semble nous conduire vers un grand retour en arrière en concrétisant les trop nombreux replis identitaires et les tristes reculs démocratiques et pourtant, ces « Back to the Future » alarmants auront l'heureuse conséquence d'obliger nos sociétés plus ou moins endormies à sortir de leur torpeur et à comprendre les pertes immenses qui leur pendent au bout du nez. Par contre, faut-il insister, les acquis sociaux malgré leur fragilité ne disparaîtront pas ; comme le dentifrice, personne ne pourra les remettre dans le tube. Plus les attaques de la droite seront blessantes, plus la résistance de la gauche gagnera en force et un jour, la société s'élancera du tremplin et exécutera en peu de temps des exploits formidables qui rattraperont les années perdues. Le XXe siècle et le début du XXIe siècle ont vu l'adoption d'un grand nombre de lois dans un grand nombre de pays permettant l'avancée des droits humains. Ils ont été spectateurs d'événements extraordinaires comme la chute du mur de Berlin et l'élection d'un président afro-américain. Ces victoires de la gauche sont le résultat de la démocratie, non pas celle qui se limite au dix secondes nécessaires pour voter, mais celle qui PREND LA RUE pour affirmer haut et fort la volonté de vivre dans la liberté, l'égalité et la solidarité : le rêve de Martin Luther King.
De décennie en décennie, nos sociétés sortent peu à peu de la grotte de la grande noirceur, de l'obscurantisme et du monde des charlatans et marchent vers la lumière de la vérité, de la connaissance et de la science. Au fur et à mesure que la droite sent le tapis lui glisser sous les pieds, elle se radicalise : c'est vrai en particulier dans les pays où les groupes religieux sont encore influents. La droite obtient de petites victoires ponctuelles, mais celles-ci finissent toujours par être effacées par la force tectonique de l'évolution. Le secret : l'éducation. Une chose qu'il faut retenir : à long terme dans l'histoire de la Terre et de l'humanité, la gauche finit toujours par gagner.
Tous les jours, les médias nous rapportent des événements imprévisibles qui frappent de petites ou grandes communautés comme ce fut le cas pour l'avalanche en Italie ou l'accident entre un autobus et un camion en Inde. Et la question qui revient automatiquement : qu'est-ce que l'on doit faire pour éviter la répétition de ces tristes événements ? Chaque événement négatif est un déclencheur qui nous pousse à trouver des solutions progressives. Par expérience, nous savons aussi que c'est au moment des funérailles d'une personne chère que nos yeux découvrent toute la richesse qui se cachait en elle, comme si la mort était le seul événement apte à nous ouvrir les yeux sur la beauté de la réalité que nous avons côtoyée quotidiennement. 
Qui aurait cru, en effet, que les États-Unis verraient l'Amérique profonde prendre le pouvoir et faire entendre son discours rétrograde et méprisant ? Mais qui aurait cru que la réaction fut aussi rapide et cinglante ? Partout dans le monde, on s'est mobilisé ; en quelques heures, des centaines de milliers d'hommes et de femmes sont descendus dans les rues pour défendre les grandes valeurs humaines d'ouverture et d'accueil universel et pour s'opposer à cette tentative de putsch contre la démocratie et peut-être contre la paix. Oui, l'espérance en un monde meilleur est encore crédible ; ça dépend de notre implication individuelle et collective ; ça dépend de notre foi dans l'humanité.
André Beauregard
Shefford