Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.

Mégaporcherie de Maricourt: qu’en pense le ministre de l’Agriculture?

Article réservé aux abonnés
LA VOIX DES LECTEURS / La crise sanitaire de l’année a permis de mettre en lumière plusieurs angles morts du fonctionnement de la société québécoise. Parmi eux, notre dépendance aux marchés extérieurs pour nous nourrir a provoqué un engouement pour l’autonomie alimentaire, comme l’illustre notamment le contrat social publié par l’Union des producteurs agricoles (UPA) et l’Institut du Nouveau Monde (INM).

Telle que défini dans le contrat social publié à l’occasion du Congrès de l’UPA, l’autonomie alimentaire peut se définir comme : « Notre capacité de subvenir aux besoins alimentaires de tous les Québécois et Québécoises, de maintenir la diversité de l’offre et de permettre un accès facile aux produits de chez nous ». On retrouve également dans ce document des préoccupations quant à l’occupation du territoire, à la protection de l’environnement et à la prise en considération de la participation citoyenne.

À la faveur de la nécessaire relance économique, et dans un élan conjoint avec l’UPA, le ministre Lamontagne a, quant à lui, multiplié les annonces, notamment avec la Stratégie nationale pour l’achat d’aliments québécois. Pendant ce temps, dans la petite municipalité du Canton de Valcourt située dans la MRC du Val-Saint-François, une autre histoire se déroulait. Comme c’est malheureusement le cas depuis plus d’une décennie au Québec, un groupe de citoyennes et de citoyens tentait de s’opposer à l’installation d’une mégaporcherie. Après une première victoire ayant permis d’obtenir une consultation publique en bonne et due forme, la population a été invitée à participer à une rencontre d’information et d’échanges.

Parmi les arguments avancés contre ce projet de quatre milliers de porcs, et outre les préoccupations environnementales importantes, figurait l’absence d’apport d’un tel développement pour la consommation et le développement local. D’une part, déjà 70 % de la production porcine (d’un total de 7 millions de porcs) est exportée et, d’autre part, l’exploitation allait augmenter l’épandage de lisier liquide et multiplier l’utilisation des terres pour nourrir ces porcs plutôt qu’à produire des aliments pour chez nous.

D’un côté, l’UPA et le ministre répandaient la bonne nouvelle à travers la province, alors que dans la petite MRC, la farce de la consultation publique continuait à se jouer. Au cours des échanges, plusieurs élus n’ont cessé de répéter que la consultation ne touchait que les mesures d’atténuation (les odeurs), qu’il fallait s’adresser à d’autres responsables pour les enjeux de fonds et que de toute façon, il n’y avait pas de fonds publics investis… Le 30 novembre 2020, Le Devoir nous apprenait pourtant qu’au cours des 10 dernières années l’industrie porcine avait reçu 1 milliard de subventions et que, dans sa politique bioalimentaire, le gouvernement souhaitait accroître ses exportations (le secteur porcin représente 20 %) de 6 milliards de dollars.

Quelques mois plus tard, à 4 km de là, une nouvelle mégaporcherie pourrait voir le jour à Maricourt. Une nouvelle fois, la demande est faite juste en dessous de la limite de 4000 porcs pour éviter des audiences du BAPE. Nous nous adressons aujourd’hui au ministre de l’Agriculture, monsieur Lamontagne, afin qu’il intervienne dans ce dossier. Les mesures incitatives proposées dans le plan d’agriculture durable constituent un pas dans la bonne direction notamment parce qu’il s’agit là d’une reconnaissance des problèmes posés par l’industrie des mégaporcheries, en particulier quant à l’usage des pesticides et la qualité de l’eau. Mais comment se fait-il que les municipalités ne puissent répondre pleinement aux attentes de leur population? Pourquoi tant de contradictions?

Le contrat social mentionné plus haut nous invite à penser « du local au global », il faudrait peut-être plutôt « penser global et agir local ». Il est temps de prendre conscience que les exportations des uns ne sont pas sans effets sur l’autonomie alimentaire des autres.

Pierre Avignon, Melbourne

Raymonde Carbonneau, Canton de Valcourt

Mary Desroches, Sainte-Anne-de-la-Rochelle

Élyse Audet, Maricourt

Bernard Brien, Valcourt

Colette Fontaine, Valcourt

Jocelyne Ravenelle, Maricourt

Mario Carrier, Maricourt