Le ministre québécois des Transports, Robert Poëti

M. Poëti, vous aurez été avisé

M. Poëti, pour des raisons de sécurité, les motoneigistes utilisent depuis longtemps des crampons sur la chenille de leur motoneige. Dans les conditions actuelles des sentiers, il est fort à parier qu'à quelques reprises durant la saison, un usager aborde un virage totalement glacé et que ce conducteur soit déporté dans la voie inverse risquant ainsi une collision avec un autre usagé.
L'ajout de crampons sur la chenille assure un meilleur contrôle sur les surfaces glacées et, de l'aveu même du manufacturier BRP, le conducteur apprécie la paix d'esprit que lui procure un meilleur contrôle de sa motoneige par l'ajout de crampons (voir site BRP).
Nous apprenions récemment que, pour des raisons encore obscures, l'utilisation de chenilles cramponnées était dorénavant interdite sur les sentiers traversant les voies publiques. Dorénavant, le conducteur et le propriétaire d'une motoneige circulant dans un sentier traversant la voie publique s'exposent à une contravention. Plusieurs contrevenants auraient d'ailleurs été interpelés durant la saison 2015- 2016.
Par cette décision, Monsieur le Ministre, vous démontrez clairement votre méconnaissance de ce merveilleux sport et mettez en péril la sécurité dans les sentiers.
Au printemps prochain, lors du bilan de la saison, il serait déplorable de constater que le nombre d'accidents voire de décès s'est assombri par cette décision prise sans même avoir consulté la clientèle visée.
M. Poeti, l'arrêté ministériel numéro 215-18 du ministre des Transports compromet la sécurité des usagers et, vous aurez été avisé...
 
Yanick Jolin, Cowansville