John-Jean Ofrias lors d’une marche d’appui aux femmes américaines, tenue à Sutton en 2017.
John-Jean Ofrias lors d’une marche d’appui aux femmes américaines, tenue à Sutton en 2017.

Lettre ouverte de New York

LA VOIX DES LECTEURS / J’aimerais revenir chez moi au Québec, à Sutton, mais je suis citoyen des États-Unis, donc je ne peux pas traverser la frontière et trouver mon chemin vers la rue Principale de façon légale. Ce n’est pas une option viable pour moi de traverser la frontière par le chemin Roxham en tant que réfugié.

Je pèse mes options, comme si je portais dans mes gènes un souvenir hérité d’un ancêtre qui vivait en Sicile pendant que Mussolini formait sa dictature. Je ne peux pas laisser derrière ma mère de 95 ans, mes deux petits-enfants et les autres membres de ma famille. Où je suis à Long Island, New York était l’épicentre de l’épidémie de coronavirus et maintenant c’est un endroit où il y a une crise et une maladie encore pires : le Trumpisme.

Je suis entouré de gens qui arborent le drapeau américain et affichent la croix, comme si quelque part dans l’esprit inconscient collectif des Américains demeurait la mentalité d’ancêtres qui pratiquaient une forme de christianisme déformée, dans laquelle la croix était fièrement associée au drapeau confédéré ou au drapeau nazi, ou les deux.

Tous les jours, je vois des hommes blancs jeunes et vieux qui conduisent de pickups noirs affichant les drapeaux américains en taille réelle ou des drapeaux Trump, ou les deux, agitant leurs extrémités arrière à tout le monde, littéralement et métaphoriquement. Ce sont des Américains fiers d’être vulgaires, hostiles et militaristes.

La guerre civile froide dans mon pays devient de plus en plus chaude. Récemment, des membres d’un service d’incendie volontaire local ont fièrement drapé un grand drapeau confédéré sur un camion de pompier et ils l’ont garé pour que quelqu’un puisse prendre une photo parfaite, ensuite diffusée sur les réseaux sociaux et découverte par les médias. Je ne serais pas surpris que cette photographie fasse partie de ce qui sera utilisé pour allumer les incendies où ma famille et moi sentirons la fumée. J’espère que personne ne sera blessé par les flammes. Je parle littéralement et métaphoriquement.

Je suis professeur à temps partiel de sciences sociales à l’Université d’État de New York et je prends une pause de la classe pour donner plus de temps et d’énergie à la résistance contre la COVID-19 et contre TRUMP-2020.

Je vais continuer à pratiquer mon français, la langue parlée par les gens les plus progressistes d’Amérique du Nord. J’espère que pendant les mois à venir, Trump sera destitué du pouvoir et que pendant les années à venir le Québec sera le modèle de ce que les États-Unis peuvent devenir.

Ma bataille est-elle votre bataille?

John-Jean Ofrias

Sutton et Riverhead (New York)