Le maire de Granby, Pascal Bonin

Lettre au maire Pascal Bonin

LA VOIX DES LECTEURS / Récemment, nous avons assisté à une montée aux barricades du maire Pascal Bonin quant à sa place au sein du conseil de la Ville de Granby. Je croyais revoir un vieux film d’Ulysse, qui après un long voyage, veut regagner sa place dans son royaume auprès de Pénélope. 

Ce que je propose au maire
Bonin dès son retour, c’est de porter et défendre une cause, qui actuellement me paraît injuste, et je parle de ce que l’on appelle la « taxe de bienvenue. »

J’accepte facilement que les municipalités aient besoin de percevoir différentes taxes pour assumer leur rôle de fournir plusieurs services aux citoyens et citoyennes de leur ville ou village. Je comprends également que cette surtaxe est un grand apport financier supplémentaire à cette mission, mais là où j’accroche, c’est dans son application.

Que cette taxe soit obligatoire à l’achat d’une maison neuve ou pour tous ceux et celles qui font l’acquisition d’une première maison, j’en suis, mais que cette taxe soit systématique dans tous les achats de résidences, je trouve que c’est exagéré. 

Où est la logique dans le fait qu’une maison qui change plusieurs fois de propriétaire cette taxe soit appliquée chaque fois ? 

Avez-vous pensé qu’elle est parfois un frein à l’achat d’une résidence chez des acheteurs potentiels ? On ose l’appeler taxe de bienvenue, je l’appellerais plutôt « la taxe répulsive », surtout que certaines municipalités offrent parfois des crédits ou exonérations de taxes foncières à ceux qui s’installe chez eux.

Accepteriez-vous, M. Bonin, d’être un leader et un porte-parole afin de faire modifier la réglementation de cette législation ? Personnellement, je serai bientôt le propriétaire d’une troisième maison, dont deux ici à Granby, et je trouve que de me faire souhaiter la bienvenue à répétition à coup de milliers de dollars, je m’en passerais très bien.


Yvon Lavoie

Granby