Le Collège Mont Sacré-Coeur
Le Collège Mont Sacré-Coeur

Les écoles fermées: et les parents?

LA VOIX DES LECTEURS / La pandémie a forcé tout le monde à s’adapter à des changements majeurs : perte d’emplois, travail de la maison, changements d’habitudes, confinement, etc.

Cette pandémie a été pour moi, au plan professionnel, plus exigeante qu’à l’habitude, ayant à gérer du personnel, des finances, des projets, etc. Devant cette annonce gouvernementale, une tâche supplémentaire s’ajoutait : que fera garçon de ses journées ?! Casse-tête en perspective.

Le temps des incertitudes en matière scolaire fut de très courte durée. Dès le 12 mars, la direction du Collège Mont Sacré-Coeur a pris les devants en envoyant un courriel informatif expliquant la situation et les avenues étudiées afin que la coordination s’effectue avec le moins d’irritants possibles.

Ce courriel du 12 mars fut l’un des 54 courriels reçus de la part des profs ou de la direction depuis le début et à ce jour, plus d’une cinquantaine de communications, sans compter les réponses à nos courriels reçues souvent le jour même de la part des profs!

Immédiatement, le Collège a mis en place des suggestions d’étude, des capsules en ligne et du support. Et depuis le jour 1, fiston a accès à du contenu, à des profs et à des cours. Le tout est devenu plus officiel au fil du temps et depuis des semaines, la maisonnée roule selon un horaire fixe où les cours en ligne se déroulent du lundi au vendredi avec la même régularité que l’école «normale».

L’éducation est une priorité pour nous.

En ces temps où tout semble plus difficile et l’accès à plusieurs ressources est limité, je dois dire que le Collège s’est démarqué avec brio. Le système d’éducation est quelquefois malmené et je crois important de mentionner quand de bons coups sont faits.

Bravo aux profs, à leur créativité, leur engagement et leur dévouement; les étudiants en sont les grands bénéficiaires.

Bravo à la direction; leurs communications constantes nous ont permis de nous concentrer ailleurs. Nous, les parents, en sommes les grands bénéficiaires.

Chapeau!

Martin L. Daignault (B.Éd) et Johanne Lefebvre
Bromont