L'éloge de l'ordinaire

J'aime regarder les choses autrement... mais cela n'est pas une faculté que je suis seule à posséder. À mon grand bonheur, mon implication dans les Bontés Divines de Granby, un groupe qui se réunit une fois par mois pour «Voir le beau, apprécier le bon et faire le bien», me confirme qu'il y a une volonté importante de développer la conscience, que nous pouvons comme individu, arriver à changer le monde, à y mettre plus d'amour.
Cela peut paraître irréaliste ou illusoire... ce n'est pas mon avis. Une seule personne qui s'implique peut à elle seule faire une différence pour des dizaines de personnes qui croisent sa route. Imaginez alors quand ce sont des dizaines de personnes qui font ce choix... c'est ce qu'on appelle «Donnez au suivant».
On pourra toujours accuser ou critiquer les gouvernements, les dirigeants ou les élus de ne pas faire assez, de ne pas prendre les bonnes décisions... mais je préfère plutôt m'attarder à me demander «Et moi, comme faisant partie de cette communauté, de cette ville, de cette société, de quelles façons mes paroles et mes actions participent-elles à améliorer les choses?».
Je crois en l'humain, en la capacité de chacun de créer des projets rassembleurs qui feront cette différence, si petite soit-elle. Ne pensons pas qu'on doive nécessairement créer des projets d'envergure pour que cela soit significatif. Je dirais même que c'est tout à fait le contraire...
Chaque petit geste posé dans cette intention de vouloir faire une différence, ne serait-ce que de sourire aux gens que l'on rencontre sur la rue, de tenir la porte ouverte pour la personne qui se trouve derrière nous, de dire merci plus souvent ou de rendre un petit service à un voisin âgé... tout cela fait une différence!
Oui, il y aura encore du négatif tout autour de nous, mais chaque événement, aussi dramatique soit-il, apporte aussi par son passage une opportunité de croissance, de remise en question, de réajustements, que ce soit personnel ou de société.
Bien que les tragédies et les catastrophes soient toujours déplorables, je suis à chaque fois touchée de constater que ces événements viennent toucher directement le coeur de l'humain, faisant ressortir en lui ses forces de résilience, de compassion, de solidarité, d'empathie et de générosité hors du commun. Cela me donne foi en l'humain et je crois profondément que chacun d'entre nous possède en lui cet espace sacré qui ne demande qu'à être mis en lumière pour donner un sens à la vie.
«Soyons le changement que nous voulons voir en ce monde». Cette simple phrase, mais combien interpellante de Gandhi me touche. Et vous, en ce début d'année 2014, quelles semences d'amour déposerez-vous pour participer à ce grand projet humain?
Hélène Giroux