L'éducation est un trésor pour l'humanité

« L'éducation est l'arme la plus puissante que l'on ait à notre disposition pour changer le monde » - Nelson Mandela 
En 1990, le premier ministre Brian Mulroney proposait la tenue d'un Sommet mondial pour les enfants dans le cadre d'une assemblée des Nations unies (ONU). Son but était de créer un programme mondial aux objectifs ambitieux en accordant une attention spéciale à l'éducation. Durant les quinze ans d'existence des Objectifs du millénaire pour le développement, soit de 2000 à 2015, nous avons pu constater que le nombre d'enfants non scolarisés au niveau primaire avait beaucoup diminué, passant de 100 millions en 2000 à 57 millions­ en 2015. 
L'ONU a mis sur pied des Objectifs de développement durable (ODD) de 2015 à 2030. Ces objectifs visent surtout à pallier les inégalités. C'est ce que reflète le quatrième objectif qui traite de la nécessité d'une éducation inclusive dans les communautés plus vulnérables. En ce qui a trait à l'éducation, l'inégalité entre les sexes est considérable. Deux fois plus de filles que de garçons en âge de fréquenter l'école primaire ne mettront jamais les pieds dans une école. Seulement 29 % des pays ont atteint la parité.
Investir dans l'éducation s'est avéré avoir un impact mondial dans l'immédiat. Ce secteur souffre d'un manque de ressources attribuables au sous-financement. Depuis 2002, la part de l'aide publique au développement (APD) consacrée à l'éducation a diminué, passant de 13 % à 10 %. Le soutien canadien à l'éducation mondiale a également diminué : il est passé de 12,2 % de l'APD totale du Canada en 2010 à 7,8 % en 2014 (207,6 millions CAD). 
Selon une étude mondiale récente, pour atteindre l'objectif 4, il faudrait augmenter de 11 % par an les investissements internationaux, soit de 16 milliards $ US en 2016 à 89 milliards $ US en 2030. 
 La récente Politique d'aide internationale féministe du Canada reconnaît que promouvoir l'égalité entre les sexes et l'autonomie des femmes et des filles est le meilleur moyen de réduire la pauvreté et de créer un monde plus pacifique, inclusif et prospère.
Car l'éducation :
- réduit les décès maternels ;
- augmente les revenus des femmes ;
- protège contre les pratiques néfastes (le mariage des enfants) ;
- contribue à adopter des attitudes et des pratiques plus équitables en profitant autant aux femmes qu'aux hommes ;
- donne la capacité aux femmes de défendre leurs droits.
Nous demandons au gouvernement canadien de doubler son engagement envers le Partenariat mondial pour l'éducation en investissant 260 millions de dollars CAD sur trois ans (2018-2020). 
Le Canada est un chef de file et nous souhaitons qu'il le demeure.
Moustapha Faye, Québec 
Mariette Bérubé, Québec 
Laurent Marcoux, St-Étienne-de-Lauzon
Denise Doiron, Québec