Notre centre-ville, lui, a désespérément besoin d'un plus grand achalandage et ce n'est certainement pas en ajoutant un grand nombre de boutiques et commerces dans ce nouveau centre commercial qui aidera la situation.

Le paradoxe de notre maire

La Commission de protection du territoire agricole n'a pas autorisé la totalité des demandes de changements de zonage pour un projet de complexe commercial de 500 000 pieds carrés situé au nord du boulevard David-Bouchard.
Notre maire dit que « les commissaires n'ont pas compris la portée du projet ». Ce centre commercial devait créer des centaines d'emplois­ selon lui. 
Notre centre-ville, lui, a désespérément besoin d'un plus grand achalandage et ce n'est certainement pas en ajoutant un grand nombre de boutiques et commerces dans ce nouveau centre commercial qui aidera la situation.
Nos élus ont voté une dépense de 17 millions pour, entre autres, rendre notre centre-ville plus attrayant et faire revenir les commerces.
Ce nouveau projet ne risquerait-il pas de sonner le glas des commerçants­ de notre centre-ville ? 
Gilles Martel
Granby