L'aide à mourir n'est pas un meurtre

Je n'en crois pas ma lecture quand on a l'indécence de comparer l'aide à mourir à l'euthanasie, le suicide et même le meurtre.
À moins d'être sans compréhension face à cette loi qui demandera tellement de justifications sur la condition de santé d'une personne qui en fait la demande, pour finalement acquiescer et se rendre à la décision finale d'accompagner une personne dans la mort, la délivrant du même coup d'un mal insupportable et de conditions de vie qui sont sans lendemain ou espoir.
Vos comparaisons avec un suicide, une euthanasie ou le meurtre manquent clairement de compassion et d'ouverture vers une aide à mourir pour des gens qui sont loin de souffrir des mêmes problèmes qu'une personne suicidaire. Associer ce processus à la richesse ou à notre supposée pauvreté morale en tant que peuple est très inapproprié.
L'idée derrière l'aide médicale à mourir est d'apporter une solution à des conditions de vie devenues insoutenables et invivables pour des gens n'ayant plus d'espoir et de solutions afin de les guider vers une fin de vie libératrice pour eux et aussi pour leurs proches. Une fin empreinte de paix et de dignité.
La loi se veut un guide pour que ce genre de décisions se prenne avec le plus grand soin et dans le plus grand respect des parties impliquées.
On est loin du suicide, de l'euthanasie­ ou du meurtre...
Jacques Dubois
Granby