La Voix des lecteurs

Environnement : M. Bonin déçoit

J’ai été extrêmement déçue d’apprendre que le maire Bonin n’a tout simplement pas autorisé la tenue d’une activité pour une noble cause : la défense de l’environnement, la protection de notre planète. L’activité prévue samedi, « La Marche en blanc pour la Terre », se voulait un rassemblement citoyen non-partisan. C’était une belle initiative de Chantal Beauchemin, la candidate du Parti québécois. Trois autres candidates avaient accepté d’y participer, soit Lyne Laverdure du PLQ, Anne-Sophie Legault de QS et Daphné Poulin du PV. Bravo mesdames les candidates ! Bravo pour votre engagement pour l’environnement, et bravo pour votre désir de jeter par terre les barrières politiques et partisanes quand il s’agit de la défense d’un intérêt supérieur comme c’est le cas pour la défense de notre planète. Toutes les occasions sont bonnes, à mon sens, pour aider à la prise de conscience de la détérioration irréversible de l’environnement. Que le maire Bonin n’ait pas compris qu’il s’agissait, somme toute, d’une initiative citoyenne répondant à un intérêt planétaire, je trouve ça très décevant.

Andréanne Desrosiers

Granby

La problématique du stationnement de nuit

En réponse à Monsieur Bonin, je peux lui dire que M.Demers n’est pas le seul pour qui le stationnement de nuit est problématique. Nous avons une petite entrée de cour et quatre véhicules, deux de nos trois enfants, de jeunes adultes, ayant une voiture. Il suffit qu’un-e ami-e vienne coucher à la maison pour que ce soit un vrai casse-tête. Pas possible d’avoir des visiteurs à coucher. La merveilleuse loi de la tolérance zéro, que j’adore soit dit en passant, fait en sorte que si des amis de nos jeunes prennent une bière à la maison ils ne peuvent repartir avec leur voiture. On fait quoi l’hiver ? Des amis viennent souper, prennent un peu trop de vin, ne peuvent laisser la voiture sans avoir une contravention. Je trouve ça vraiment ordinaire. 

L’an dernier, sans chute de neige, ma belle-fille oublie sa voiture dans la rue, la première nuit de l’interdiction. Elle se fait coller une contravention. Même pas un avertissement disant depuis hier vous ne pouvez vous stationner dans la rue... J’habite la rue Hillview, une minuscule rue dans un quartier résidentiel. Je ne crois pas que cette voiture nuisait à quoi que ce soit. Je crois que l’application du règlement pourrait se faire aussi dans le gros bon sens ! Je serais surprise de savoir quels sont les montants recueillis par la Ville pour de telles contraventions. On passe près de cinq mois à ne pouvoir se stationner dans la rue pour combien de jours de déneigement nocturnes ? Comme vous pouvez le constater, ce règlement me dérange profondément et j’en ai déjà fait part à ma conseillère Julie Bourdon qui me dit que pour l’instant, c’est le statu quo. Il me semble qu’il pourrait y avoir des solutions autres que ne rien faire. On voit bien dans votre article que ça s’est très bien passé à Bromont. 


Annie Fortin

Granby