La vérité sur le PEI

J'ai été choqué de lire mercredi dernier l'article intitulé: École Joseph-Hermas-Leclerc: un PEI trop exigeant? Ayant moi-même complété ce programme de 2009 à 2014, j'aimerais présenter ma vision des choses.
Il est vrai d'affirmer que le PEI est un programme très exigeant, probablement le plus exigeant qui soit offert à Granby. Cela est dû au fait qu'il mène vers l'obtention d'un diplôme reconnu partout dans le monde, beaucoup plus qu'un simple DES. C'est cette reconnaissance qui fait la réputation du programme, il est normal que celle-ci vienne avec son lot de défis pour les élèves.
Oui, le PEI est un programme difficile. Il est vrai que mes études secondaires ne furent pas toujours une partie de plaisir. Toutefois, j'ai toujours été encadré lorsque j'en ai eu besoin par des profs qui ne comptaient pas leurs heures.
Aujourd'hui, alors que je m'apprête à entrer à l'université, je comprends la nécessité de tout ce que j'ai appris au secondaire. Le PEI m'a appris à un jeune âge à me dépasser, à m'organiser, à m'exprimer, à m'affirmer et il m'a surtout appris qu'on n'obtient rien sans effort ni travail.
Contrairement aux programmes réguliers qui préparent mal les élèves aux études postsecondaires, le PEI offre à ceux qui s'y aventurent un bagage inestimable qui donne une longueur d'avance dans les études supérieures que ce soit au niveau de la rigueur méthodologique ou au niveau de l'organisation de la pensée. Diminuer les exigences de ce programme le dénaturerait.
Il faut à mon avis continuer de bien encadrer les élèves pour qu'ils puissent apprendre à mieux équilibrer études et vie sociale, bien-être et performance scolaire.
C'est au PEI que j'ai commencé à devenir un adulte, et c'est grâce à beaucoup d'enseignants stimulants que j'ai pu réussir mes études secondaires avec fierté. Longue vie à ce programme!
 
Nicolas Rousseau
Granby