La Rentrée…

LA VOIX DES LECTEURS / J’ai déjà beaucoup écrit. Aujourd’hui, je me sens inspiré, j’écris un texte. Je parle de ma journée, de mon état d’esprit. Oui, moi le chanceux qui a eu mon été de vacances, je fais une ode à mon travail !

Enfin, après quelques jours de job plate (accompagné de collègues super, mais quand même, faire le ménage du nouveau local et se l’approprier vide, sans élèves, c’est moche...), je rencontre ces personnes.

Ça me touche, car oui je serai important pour eux. Mais imaginez ce que ces 159 petites bêtes sauvages (à apprivoiser) seront pour moi !

Dans cet élan, j’écris sur mon téléphone, une ode à la rentrée. C’est un reflet de notre job… Demain, je n’aurai peut-être pas la même opinion, et ce, pour je ne sais quelle raison. Mais là, c’est ça. J’aime mon travail, je crois que c’est la base dans une vie. Des fois, c’est tough. D’autres fois, ça va… Mais, j’espère que le plus souvent possible, c’est extra.

Long préambule pour en venir à mon message.

En voyant, la popularité de ce texte, je me suis senti mal à l’aise… Ce texte n’est pas ce qui fait de moi un bon enseignant. J’ai écrit un texte avec mon cœur et probablement que c’est ce que vous avez ressenti en le lisant. Ce n’est pas parce que j’ai été capable d’écrire ça que je suis meilleur qu’un autre !

L’ensemble du personnel de mon école est extraordinaire. Je n’en connais aucun qui est là pour les mauvaises raisons. J’ai confiance que c’est la même chose dans toutes les écoles du Québec. Je ne peux pas croire autre chose. C’est ce que collectivement nous devons nous dire. En plus de nous le dire, agissons en tant que tel.

La personne qui intervient avec votre enfant (ami, collègue, parent, personnel d’une école, etc.) le fait en ayant de bonnes intentions. Prenons-le ainsi. Si cette personne ne le fait pas comme nous l’aimerions, aidons-la à le faire.

J’en ai marre des : « C’est pas de ma faute ! J’peux rien faire ! Ça ne me concerne pas ! S’il faisait sa job comme il faut, ça arriverait pas ! »

Il me semble que ce serait bien mieux si c’était : « J’ai 5 minutes, comment est-ce que je peux t’aider avec ce temps-là? Qu’est-ce que tu as fait cet été? Comment va ton frère, à la fin de l’année, ça n’allait pas? J’ai remarqué que tu avais moins le sourire, est-ce que je peux faire quelque chose pour toi… »

J’ai écrit quelques belles lignes, est-ce que ça fait de moi un meilleur intervenant? J’ai plein de collègues extraordinaires qui font plein de jobs différentes, souvent en arrière-scène. Le prof est souvent la diva en avant-plan. Nous ne sommes pas la seule cause de la réussite (ou de l’échec) de ces petits êtres humains. Nous avons des équipes, des écoles, des COMMUNAUTÉS qui SE DOIVENT DE CROIRE en eux.

Nous sommes tous et toutes responsables de l’éducation des enfants qui nous entourent. Ce n’est pas la responsabilité seule de l’école ! Ça prend une communauté pour prendre soin de ses petits et, par la suite, de chacun de ses membres.

Merci à ceux qui pensent que je fais du bon travail.

Sérieux, ça fait vraiment du bien de se le faire dire. Pourquoi ne pas le dire plus souvent à plus de personnes autour de nous?

Je m’en remets quand même à l’opinion de mes élèves pour me juger. Ils sont crus ! Ils me sortent de ma zone de confort. Ils m’amènent à donner le meilleur de moi.

Sachez que je ne suis que le prof. Mon rôle n’est pas plus ou moins important que le rôle de l’ensemble des êtres humains qui entourent ces petites bêtes.

Bonne rentrée à tous !

Jean-Simon Carrier

Enseignant à l’école secondaire Fadette de Saint-Hyacinthe