La maladie des cadres au Québec!

Je viens de lire ce qui ressort du budget Marceau déposé la semaine dernière. C'est la première fois que je vois un gouvernement faire un geste concret pour réduire les augmentations de coûts dans l'éducation et la santé. J'ai vécu l'intégration des commissions scolaires en 1998. Cinq ans plus tard, il y avait plus de personnel-cadre dans «La Nouvelle Commission Scolaire» que le total de postes cadre existant dans les anciennes!
Ma soeur, archiviste retraitée, a vu dans les années 80 et 90 gonfler le personnel et les exigences de rapports des régies régionales de la santé pour les hôpitaux, CLSC, CSSS, et CHSLD. Ces rapports à l'ère de l'informatique pourraient être centralisés à Québec. Nous économiserions les salaires de ces cadres et des centaines d'employés qui ne donnent aucun service direct à la population. De plus, cela signifierait une économie de réunions, de frais de déplacement et de frais de location pour les millions de pieds carrés de bureaux loués - parfois à grands frais (îlot Voyageur) - pour des fonctionnaires qui brassent du papier (sic) sans jamais servir un seul client, patient, ou bénéficiaire de l'état, c'est-à-dire nous.
Trouvons des antibiotiques contre la «structurite» qui a été provoquée par la mise en place des ministères lors de la Révolution tranquille. Des moyens doivent être élaborés pour amener l'État québécois à fonctionner efficacement avec les technologies du21e siècle et non les règles désuètes des années 1970 et 1980. La maladie de nommer des cadres pour les sortir du giron syndical et en faire des béni-oui-oui, provoque la baisse des services aux malades comme aux élèves.Restons avec les commissions scolaires actuelles, mais faisons un dégraissage de leurs cadres et de leurs pratiques. Faisons aussi une mise à jour de leurs politiques dans les relations de travail (désuètes) tant en santé que dans l'éducation. Le plus bel exemple de politique rétrograde est paru dans La Voix de L'Est cette semaine. La C.S. Val-des-Cerfs doit payer, à même mes taxes,$40 000 pour avoir dénigré un enseignant membre de l'exécutif syndical du Syndicat des Travailleurs de l'Enseignement de la Haute-Yamaska (STEHY).
P.S. La structurite est l'élaboration d'un organigramme qui délègue les responsabilités et tâches du ministre aux organismes et directions générales du ministère. Ensuite, les directions créent des bureaux dans les régions administratives et même des sous régions sur les modèles en évolution depuis 1962 avec «La Révolution tranquille». Les M.R.C. en autres!
Jean R. Petit,
enseignant pendant 37 ans et trésorier au STEHY pendant 14 ans
Granby
Abonnez-vous à La Voix de l'Est