Je n'irai pas voter si des élections ont lieu prématurément

Je suis un citoyen fatigué des joutes politiques. À Québec, on a voté une loi pour que les élections aient lieu à date fixe. Fort bien. Toutefois, on s'aperçoit que cette loi ne sert pas à grand-chose puisque, sous prétexte de gouvernement minoritaire, on s'apprête à la contourner.
Comme l'ensemble des citoyens, j'entends et je lis tout ce qu'on nous raconte depuis plusieurs semaines déjà: les partis d'opposition menacent de renverser le gouvernement en place s'ils s'unissent; le gouvernement en place a l'oeil sur les sondages et surveille le moment le plus propice pour tenter d'en appeler à l'électorat en espérant devenir majoritaire.
Avec les cheveux gris qui couvrent de plus en plus ma tête, je ne suis pas naïf. Mais je demeure idéaliste, comme on voudrait que les plus jeunes qui nous suivent le soient et le demeurent pour améliorer notre démocratie et notre société. Dans cette perspective, je crois qu'un gouvernement élu selon les règles établies est un gouvernement légitime. Et s'il est légitime, il doit gouverner pour la durée du mandat qui lui a été confié.
Je sais bien que, dans le régime parlementaire qui est le nôtre, il est beaucoup plus difficile de faire voter des lois et de réaliser ses engagements électoraux lorsqu'on est un gouvernement minoritaire. Il faut que tous les partis mettent l'intérêt supérieur des citoyens au-dessus de leur idéologie et de leur programme. Ce n'est hélas pas le cas, sauf très rare exception! La mauvaise foi est de tous les côtés, le débat public est constamment agressif et même les projets de loi qui ont été longuement discutés ne sont finalement pas adoptés.
Devant ces difficultés, si le gouvernement minoritaire ne veut pas abuser des décrets, à défaut de pouvoir obtenir une intelligente collaboration des partis d'opposition, il pourrait mieux utiliser les commissions parlementaires et faire du ménage dans la structure de l'État afin de la rendre plus efficace et moins coûteuse.
Ce n'est pas pour arriver à d'aussi piètres résultats que ceux que l'on constate à la veille d'une élection qui nous est présentée comme inévitable que l'ensemble des citoyens paye élection après élection.
Au Québec, il y a au moins 35 ans qu'on fait des études sur les divers systèmes parlementaires dans le monde afin de trouver celui qui permettrait une meilleure représentation des divers partis - et partant des citoyens qui votent. Ça n'a jamais abouti à rien de nouveau, mais pendant ce temps tous les partis promettent de faire de la politique autrement, d'être plus transparents, etc.
Pour l'instant, je suis totalement écoeuré de cette façon de faire de la politique. Annuler mon vote (chose que je ne me suis jamais résolu à faire) reviendrait à jouer le jeu de la «tradition». Alors, pour la première fois de ma vie, je m'abstiendrai probablement d'aller voter. S'il faut se serrer la ceinture, que les partis politiques commencent par éviter aux citoyens les frais d'une élection précipitée!
Daniel Faucher
Eastman