René Lévesque
René Lévesque

Il faut être patient en politique

LA VOIX DES LECTEURS / En écrivant cet article, je vous entends déjà dire ou penser : encore un autre gérant d’estrade! Je crois quand même que j’ai le droit de vous donner mon opinion sur ce qui se passe dans les deux grands partis souverainistes que sont le Parti québécois et le Bloc.

Pour avoir militer activement plus de deux décennies aux côtés de M. Lévesque, M. Parizeau, Pierre-Marc Johnson, Lucien Bouchard, Gilles Duceppe ainsi que ceux et celle qui leur ont succédé, j’ose dire ce qui suit aux chefs actuels et futurs chefs de ces partis.

D’abord ne jamais oublier qu’ils ont été formés pour promouvoir la souveraineté du Québec et ne jamais le cacher. Pour ce qui est du moment présent et d’un futur rapproché, il faut d’après moi reconnaître que ce projet ne pourra se réaliser ni à court et moyen terme.

Il faut arrêter ces divisions et chicanes quand les discussions portent sur le bon moment d’un prochain référendum. Le PQ a déjà prouvé qu’il peut diriger correctement le Québec en formant un bon gouvernement, mais cette fois ne les harcèlera pas au sujet d’un probable référendum.

Quant au Bloc québécois, il a un atout majeur à Ottawa, celui d’être le seul parti politique qui peut défendre les intérêts du Québec dans ce système fédéral qui s’effrite de plus en plus, surtout sous la gouverne de père en fils.

Moi, je n’oublierai jamais ce que M. Lévesque nous a enseigné, il faut savoir être patient en politique surtout quand on porte un projet de société.

Yvon Lavoie
Granby