Qui ne connaît pas Jean Gamache, couturier renommé partout en province ?

Hommage à Jean Gamache, un homme de coeur

L'Union des citoyens de Granby ne pouvait ne pas souligner le départ d'un grand homme, un homme de coeur, qui s'est dévoué depuis son arrivée en 1957 à Granby à l'âge de 13 ans à servir et à offrir ce qu'il avait de meilleur en lui.
De père en fils, il épouse le métier de couturier et continue de faire prospérer le nom des Gamache à Granby. 
Qui ne connaît pas Jean Gamache, couturier renommé partout en province?
Il compte des clients de partout au Québec, il a habillé de grands noms, il était le seul à se déplacer à Montréal et en région pour aller prendre les mesures de certains clients de prestige, et d'y retourner pour des essayages et finalement la livraison personnalisée du produit final tel un chef-d'oeuvre livré dans une enveloppe à son effigie.
Jean Gamache n'a pas toujours eu la vie facile, devant parfois travailler en double afin de pouvoir continuer ses opérations. Comme tout commerçant, il y a eu des temps durs, des récessions et des remplacements d'employés, mais M. Gamache y a fait face avec bravoure tel un bon administrateur.
La santé lui a permis de passer au travers de bien des embûches, même s'il aurait aimé quelques fois pouvoir prendre un peu de répit. Fidèle au poste, prenant rarement de vraies vacances, ce n'est qu'au cours des dernières années qu'il s'est permis de faire ses valises.
Derrière tout grand homme, il y a aussi une femme. Une femme extraordinaire, qui fait partie de sa vie et qui l'appuie, l'aide et lui a forcé la main pour qu'il finisse par accepter de faire ses valises et quitter ses ciseaux pour quelques semaines.
Diane, sa moitié, une femme réservée, sociable et d'une douceur incitant aux confidences de ses clientes, s'occupait de la gent féminine et était au fait de tout ce qui se passait dans la mode. 
Un couple qui se présentait chez Jean Gamache en ressortait avec plein d'idées de ce qui pouvait leur convenir.
Les citoyens de Granby et d'ailleurs en province vont s'ennuyer de Jean et de Diane.
Le ''bip'' qui annonçait un client à l'entrée, les planchers qui craquent, le timbre de voix fort et ricaneur de Jean. Il s'agit d'une belle époque qui s'achève pour tous ceux qui un jour ont traversé le seuil de la porte du 139 Principale.
Nous, les citoyens de Granby remercions ces gens et commerçants de Granby qui ont su apportés leurs couleurs et qui resteront gravés dans nos coeurs. Bonne retraite à Diane et Jean et surtout profitez de la vie.
 
Sylvie Robidoux
Fondatrice de l'Union des citoyens de Granby