«Vous conviendrez avec nous que l’arrêt de la publication des journaux Le Soleil, Le Nouvelliste, Le Quotidien, Le Droit, La Voix de l’Est et La Tribune constituerait une catastrophe pour la vie économique et démocratique au Québec», écrit le président de la FQM, Jacques Demers.

Groupe Capitales Médias: pour une intervention immédiate, M. Legault

POINT DE VUE / Lettre à M. François Legault, premier ministre du Québec

Monsieur le premier ministre,

Depuis ce matin [mercredi], une information consternante circule au Québec selon laquelle le Groupe Capitales Médias, qui publie plusieurs quotidiens essentiels à la vitalité de nos régions, fermerait ses portes. Vous conviendrez avec nous que l’arrêt de la publication des journaux Le Soleil, Le Nouvelliste, Le Quotidien, Le Droit, La Voix de l’Est et La Tribune constituerait une catastrophe pour la vie économique et démocratique au Québec. 

En effet, en plus des emplois qu’ils génèrent, ces quotidiens sont primordiaux pour le fonctionnement de nos institutions, et ce, sur tout le territoire québécois. 

À titre de porte-parole des régions, la Fédération québécoise des municipalités (FQM) peut difficilement concevoir le Québec sans l’existence de ces quotidiens. Personne n’ignore que la presse écrite régionale vit depuis longtemps des difficultés importantes. À preuve, plusieurs hebdomadaires régionaux ont fermé leurs portes au fil des ans, ce qui a sérieusement affecté l’accès à l’information partout en région. Ces quotidiens jouent non seulement un rôle essentiel dans la diffusion de l’information régionale, mais ils sont également des acteurs de premier plan du développement de nos communautés. 

À court terme, il importe que le gouvernement mette tout en œuvre pour éviter que l’arrêt de la publication de ces quotidiens du Groupe Capitales Médias se concrétise. 

Dans un second temps, la FQM vous demande d’intervenir rapidement et de manière vigoureuse, afin que soient instaurées des mesures pour empêcher que ces quotidiens ainsi que d’autres cessent prochainement leurs activités. Dans ce contexte, nous souhaitons également que le gouvernement fasse en sorte de déployer les moyens pour assurer la pérennité des médias imprimés québécois dont la survie est chaque jour malheureusement menacée. 

Monsieur le premier ministre, nous savons que vous avez à cœur le développement des régions et que vous ferez tout ce qui est possible pour régler cette situation. 

Veuillez recevoir, Monsieur le premier ministre, l’expression de mes sentiments distingués, de même que l’assurance de ma collaboration.

*Jacques Demers est également maire de Sainte-Catherine-de-Hatley et préfet de la MRC de Memphrémagog