Fidèle lectrice chaque matin

LA VOIX DES LECTEURS / En réaction à la chronique de Marie-Ève Martel, «La juste valeur des choses», parue dans l’édition du journal Le Soleil du samedi 17 août dernier, j’aimerais vous dire que je suis totalement en accord avec ses propos, surtout concernant les journaux qu’il est primordial de conserver. Il en va de l’avenir de tous, de nos jeunes, comme des moins jeunes, que nous soyons informés tous les jours de ce qui se passe dans notre village, notre ville, notre province, notre pays et partout dans le monde.

À LIRE AUSSI: La juste valeur des choses

Nous n’avons qu’à regarder nos jeunes et, parfois, moins jeunes, les yeux rivés sur leur téléphone à longueur de jour, s’échangeant des textos dans un français malmené. 

Il est aussi facile de réaliser que, juste à écouter les conversations autour de nous, au travail, dans le voisinage, au restaurant, à l’épicerie, peu importe l’endroit, les gens ne sont pas informés. Ils ne connaissent pas nos politiciens ou les dirigeants d’entreprises. Ils ne sont pas au courant de ce qui se passe autour d’eux, dans le monde.

Je suis abonnée au journal Le Soleil depuis de nombreuses années et je l’attends avec impatience chaque matin. Je ne saurais pas m’en passer. Et le dimanche, je le lis sur l’application Internet, quoique je considère cette version beaucoup moins complète que celle en papier. 

On n’y retrouve pas les petits articles sur l’actualité de la région, les avis de décès, les annonces classées, etc. Selon moi, elle est moins intéressante.

Mme Martel mentionnait aussi le travail considérable des journalistes pour rendre notre lecture plus captivante et tous les commanditaires sans qui la survie de nos journaux serait compromise. 

Il est donc primordial de maintenir les journaux pour ainsi propager une information essentielle à tous.

Merci aux journalistes de continuer leur bon travail, malgré les nuages gris qui s’accumulent au-dessus des salles de rédaction ! 

Je continuerai toujours de vous lire fidèlement chaque matin.


Dorys Mercier

Saint-Augustin-de-Desmaures