Selon ce que rapportait <em>La Voix de l’Est </em>mardi, le dossier du déboisement illégal sur la rue de Verchères serait réglé pour la Ville puisqu’une entente est signée et sera enregistrée légalement. Cela veut donc dire que Jonesco admet sa culpabilité et évite les poursuites, un éventuel procès ainsi que les délais que cela représente.
Selon ce que rapportait <em>La Voix de l’Est </em>mardi, le dossier du déboisement illégal sur la rue de Verchères serait réglé pour la Ville puisqu’une entente est signée et sera enregistrée légalement. Cela veut donc dire que Jonesco admet sa culpabilité et évite les poursuites, un éventuel procès ainsi que les délais que cela représente.

Dossier rue de Verchères: qui est gagnant?

LA VOIX DES LECTEURS / Selon ce que rapportait La Voix de l’Est mardi, le dossier du déboisement illégal sur la rue de Verchères serait réglé pour la Ville puisqu’une entente est signée et sera enregistrée légalement.

Cela veut donc dire que Jonesco admet sa culpabilité et évite les poursuites, un éventuel procès ainsi que les délais que cela représente.

J’ai suivi l’assemblée du conseil municipal de lundi. Même si Monsieur le Maire se présente comme le défenseur du territoire naturel, je reste interrogatif. Si une bande de forêts est protégée dans ce secteur, c’est parce que les citoyens se sont opposés à plus d’une tentative au changement de zonage depuis plus de 10 ans.

Vous avez bien lu en juillet dernier que M. Duchesneau a parlé du maire comme de son ami. C’est bien cet ami qui a ouvert la porte à ce développement en 2014 en enlevant les limitations imposées par le conseil précédent concernant la protection d’un cap rocheux et du boisé .

Le maire ne donne aucun détail sur l’entente de 2016 entre Jonesco et la Ville. Aussi, qu’en est-il des réponses aux questions des citoyens quant aux fils d’Hydro, surtout si sur les 20 ou les 6 mètres, ça doit être replanté ou protégé? Au fait, on remplace des arbres matures par quoi?

Qu’en est-il de la bande boisée adjacente à la rue Quévillon du côté ouest de la rue?

Le maire n’a pas répondu non plus à la question concernant le rapetissement de la zone humide aussi dans le développement Quévillon autrement qu’en faisant référence à une carte dont on ne sait rien...

Si Jonesco a choisi d’arriver vite à une entente après avoir reconnu sa faute, c’est parce que c’est la voie la plus payante. Une amende de 20 000$ est bien mince et il n’en coûtera pas si cher de reboiser si cela permet de poursuivre son développement, la vente et la construction sur les 37 terrains. Notez que seulement la vente des terrains représente près de 4 millions $!

Le gagnant dans cette histoire n’est pas la Ville et encore moins les citoyens. Ces derniers auront à demeurer vigilants pour ne pas se faire couper l’arbre sous le pied à nouveau.

Clément Roy
Granby