Distinguer le vrai du faux

Merci M. Durand d’apporter de l’eau au moulin concernant le débat en lien avec le projet de loi 21 sur la laïcité au Québec. Érudit comme vous l’êtes, M. Durand, vous soulignez des faits réels qui donnent corps au débat de société, un débat perdu d’avance pour ceux qui croient aux droits humains, les vrais droits humains.

Comme vous le savez, certains éléments que vous mentionnez sont radicalement contraires aux droits humains parce qu’ils affectent la santé, la sécurité, la protection d’une minorité linguistique; d’autres éléments ont été acceptés ou refusés en fonction des principes des « défuntes »  chartes des droits et libertés.

Votre article, M. Durand, n’a qu’un seul but : semer la confusion. Actuellement, aucune étude n’a démontré que le port de signes religieux ostentatoires portait atteinte à des éléments aussi importants. En fait, vous devriez le comprendre, c’est la loi qui va à l’encontre des droits humains, c’est la loi qui va à l’encontre de la liberté religieuse, c’est la loi qui va à l’encontre de la neutralité de l’état. Si ce n’était pas le cas, le gouvernement n’aurait pas besoin de la clause « nonobstant ». Et si le gouvernement va dans ce sens, c’est parce que ce parti ne comprend rien aux droits humains.

Il utilise la démocratie pour tuer la démocratie. Il pense rassembler les Québécois en les divisant, en excluant sans raison les gens en fonction de leurs pratiques religieuses. Autant ce projet de loi que le souhait de conserver le crucifix à l’Assemblée nationale concrétisent la méconnaissance ou tout simplement le refus d’une vraie laïcité basée sur les quatre principes fondamentaux que vous devriez connaître.

Le présent débat sur la laïcité porte sur un faux problème, sur un problème qui n’existe pas. Ce faux problème a été créé d’abord par un immense mensonge : affirmer que la neutralité de l’État implique la neutralité apparente des individus. C’est tout le contraire : la véritable neutralité de l’État ne consiste pas à éliminer la présence visible des croyants, mais à favoriser sans les léser et sans les privilégier tous les croyants de toutes les religions sans discrimination. La laïcité n’est pas une guerre de religion, mais un contrat social qui permet de vivre dans l’harmonie sans entrave.

Le présent projet de loi est un projet qui légalise la discrimination sans aucune raison sinon les peurs, les préjugés, le refus de toute différence. En fait, le problème ne vient pas de ceux et celles qui portent des signes religieux, mais de ceux et celles qui veulent imposer la règle de l’uniformité, une uniformité totalement contraire à la réalité universelle et totalement contraire à la laïcité. La nouvelle valeur québécoise : l’uniformité inodore, incolore et sans saveur.

Il est terriblement triste qu’un chercheur de votre trempe mette au service du faux et de la division ses connaissances universitaires; ça ressemble aux savants engagés par les compagnies de tabac qui travaillaient à faire avaler les mensonges propagés par ces compagnies.

André Beauregard - Shefford