Nicolas Luppens est le coordonnateur du Groupe actions solutions pauvreté. 

Des budgets attendus

À l'approche du dévoilement des budgets gouvernementaux, le Groupe actions solutions pauvreté (GASP) désire, par la présente, faire connaître ses attentes. Autant au fédéral qu'au provincial, le GASP souhaite que le revenu des moins nantis soit augmenté de manière substantielle. Il demande que des sommes soient prévues pour lutter contre l'évasion fiscale afin de renflouer les coffres de l'État sans affecter ceux qui sont le plus dans le besoin.
Au palier provincial, le GASP entretient de sérieuses attentes après deux années d'austérité qui ont mis à mal nombreux services d'aide aux plus vulnérables. Le Groupe désire que soient rétablies et bonifiées les enveloppes des ministères de la Santé et de l'Éducation.
L'organisme attend impatiemment le 3e plan de lutte contre la pauvreté et souhaite que des enveloppes récurrentes y soient attachées. Le gouvernement ne pourra pas intervenir efficacement sur la pauvreté avec des plans ponctuels qui se succèdent.
Le GASP exhorte le gouvernement Couillard de restituer l'enveloppe dédiée à la construction de logements sociaux, coupée de moitié depuis deux ans. Pour répondre au grand déficit en logement social, la ville de Granby appuie présentement un projet ambitieux de 96 unités au centre-ville, mais il faut que la volonté suive à Québec.
Devant la complexification du phénomène, le GASP demande que soit doublé le financement en itinérance au Québec pour le faire passer de 8 à 16 millions de dollars.
Il est également temps que les organismes communautaires voient leur financement augmenter. Ces derniers s'appauvrissent au fil des ans faute d'une indexation viable. Ils demandent à juste titre d'injecter 475 millions de dollars à leur mission pour répondre aux besoins grandissants.
Au palier fédéral, le GASP souhaite voir adopter, dans les foulées des travaux sur la stratégie fédérale de réduction de la pauvreté, une Politique globale de lutte à la pauvreté pour que les personnes en situation de pauvreté soient réellement considérées dans la planification gouvernementale. Selon Dignité pour tous, la pauvreté coûte plus de 7 milliards $ par année au Canada.
L'année dernière, le GASP a salué la bonification de la Stratégie des Partenariats de Lutte à l'Itinérance (SPLI) qui a été doublée pour deux ans. Cette enveloppe soutient localement un service d'aide alimentaire à Waterloo et a permis récemment la réouverture des 10 lits d'urgence à la Maison d'hébergement Le Passant, qui avaient été perdus sous l'ère Harper. Il ne faudrait pas revivre en 2018 la perte des lits d'urgence que nous avons vécue en 2015. Il s'agirait d'un recul majeur dans nos services aux personnes itinérantes.
Le GASP se désole que la Haute-Yamaska n'ait vu aucune retombée de l'enveloppe de 1,4 milliard $ prévue dans la Stratégie fédérale en logement. Pourtant, les besoins sont évalués à plus de 300 logements sociaux supplémentaires à Granby. Le fédéral doit absolument rétablir le financement pour la construction de nouvelles unités.
Nicolas Luppens, coordonnateur du GASP
Granby