Le Dr Louis Roberge s'est installé à Granby avec sa famille en 1982.

Décès du Dr Louis Roberge

LA VOIX DES LECTEURS / Né à Amos, Louis Roberge a d’abord été médecin à Val-d’Or (1967-1982). Pendant toutes ces années, il travailla à améliorer les soins médicaux de la région. Ainsi, il créa le Fonds du cœur Roberge-Val-d’Or afin de doter l’hôpital de l’endroit d’équipements cardiologiques adéquats et sera président honoraire de la Fondation des maladies du cœur.

Il fut aussi directeur de la Fondation des médecins omnipraticiens du Québec (FMOQ), président du Conseil des médecins, dentistes et pharmaciens du Québec (CMDPQ), président de l’Association de la Sclérose en plaques de Vald’Or, puis président honoraire de la Société canadienne du cancer. Il fut également l’un des fondateurs du Club optimiste de Val-d’Or et de celui de Senneterre. Pour sa contribution à la promotion et à l’amélioration de la qualité de vie dans son milieu, le ministère fédéral de la Santé lui décerna, en 1980, la médaille Vraie-Vie.

En 1982, le docteur Roberge et sa famille s’installent à Granby. Il y sera membre associé du Centre médical Robinson. Il fut un médecin très apprécié, tant pour son dévouement que pour sa compétence. En 1994, il a choisi de terminer sa carrière aux Îles-de-la-Madeleine (1994-97). À sa retraite, il continuera à offrir ses services comme « dépanneur », soit à Terre-Neuve, soit dans les régions éloignées du Québec. Il sera président d’honneur de la fondation CHSLD Horace-Boivin. Et que de voyages et séjours en Europe il effectuera avec Micheline, son épouse, et des membres des familles Tremblay et Roberge.

Il faut aussi signaler sa participation à l’association Québec-France dont il fut co-président. Il a alors été responsable de la campagne de financement en vue d’installer la sculpture du Phare, de Daudelin, sur la rive du lac Boivin. Projet qui lui tenait à cœur. Projet réalisé avec la participation de la Ville, de la Caisse populaire et d’autres généreux donateurs. Il fut aussi président du conseil d’administration du Cégep de Granby. 

Louis a toujours manifesté son attachement à Micheline, ses deux enfants François et Karine, et à tous les siens. Aussi, sa longue maladie nous a tous profondément attristés. Il a traversé avec un courage remarquable neuf années de souffrance. Jamais une plainte. Il est demeuré jusqu’à son dernier jour l’homme fort que nous avons apprécié.

Émile Roberge

Granby